Bac Français 2014

Bac Français 2014

Introduction Ce passage est extrait du chapitre 31 du livre I des Essais de Michel de Montaigne, un humaniste du WIO. Les Essais sont dominés par le souci d’étudier l’homme à travers tous les siècles de Ihistoire et nous permettent ici de découvrir l’esprit critique de Montaigne à travers le témoignage clalrvoyant sur les premiers effets du colonialisme européen. En effet, à cette époque, le Portugal, l’Espagne et la France découvrent le nouveau monde t ses populations, dont les cannibales de la côte du Brésil.

Montaigne va consacrer un chapitre entier à ces gens et raconte une discussion réelle avec eux. Plan : l. Le portrait intellect A) Le portrait intellec – Ils ne se laissent pa l’accueil. – ce sont de fins obse or2 rémonial de Ils ont su livrer le résultat de leur observation. – Ils ont du bon sens (roi : enfant) B) Le portrait moral – Ils respectent les anciens. – Ils sont sensibles et pratiquent la charité chrétienne, c Swipe to View next page choqués par l’inégalité ( » les hommes pleins… eu à leurs maisons – Ils ne conçoivent pas les privilèges. – Simplicité de vie : modeste, n’ont pas de pouvoir. Il. Les moyens stylistiques utilisés

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
par l’auteur A) La syntaxe Elle est longue, complexe . Alerte le lecteur – Insiste sur le danger Sens prémonitoire de Montaigne B) Le lexique révélateur – Le champ lexical de la première phrase (dégradation de l’existence : coûtera, ruines, bien misérables, piper) superlatif  » le plus admirable  » nous surprend car il est suivi de critiques cinglantes. s doublets :  » pleins et gorgés  » décharnés de faim et de pauvreté ‘ – Tonalité violente du lexique des conseils. Conclusion La sympathie que Montaigne éprouve envers les étrangers et ici les cannibales, a su être partagée. Il a souligné les vertus de ces hommes qui débarquent au sein d’une civilisation corrompue, qui la découvrent et qui devancent l’Ingénu (Regard d’une personne extérieure au sujet) du XVIIIème siècle