avons nous besoin d exemple

avons nous besoin d exemple

Avons nous besoin d’exemple ? L’exemple peut être compris selon un sens très large. En effet, spontanément nous serions tentés de prétendre que l’exemple de l’homme se définit comme son modèle, son icône, une personne que l’on dirait alors exemplaire. Mais rexemple comprend une définition bien plus large. Etiologiquement il provient du latin exemplum, signifiant échantillon ou spécimen. La notion première de l’exemple correspond donc à l’illustration, ce qui peut être imiter, un échantillon de ce que l’on cherche à démontrer.

Il est la figure qui permet à notre entourage de oncevoir ce que l’on cherche à expliquer ou raconter. Pareil à ce que nous voulons aff confirmer, ou d’en d important et essenti permet dans toutes s lorsqu’il s’agit d’un m Swipe v de l’autoriser, de le te. Ainsi, il semble des choses puisqu’il roblème. De même ojette une image d’idéal, une influence positive dont nous avons pris des éléments, que nous avons parfois même inconsciemment intériorisés.

Cependant, dans les modèles certains nous permettent d’évoluer quand d’autres nous sont néfastes. Ces modèles nous sont montrés pour nous circonvenir, pour nous tromper dans nos jugements, dans nos engagements. De même l’exemple s’il est illustration peut parfois délaisser la théorie a ShAipe to Wew

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
next page au profit de la représentation, aboutissant ainsi à une explication confuse et trop imagée de notre connaissance.

Enfin s’il est question d’un châtiment, d’une peine infligée ? quelqu’un ou d’un avertissement pour les autres, comme faire d’un cas un exemple, alors la sanction infligé à celui qui fait figure d’exemple peut parfois être plus rude que nécessaire et entraine à coup sur souffrance et tourment de son être. On s’interroge alors sur la nécessité de l’exemple et son utilité dans nos rapports. Sil semble profitable, l’exemple peut parfois s’avérer futile et même nuisible. L’exemple dans sa forme première permet à l’individu de clarifier ses propos.

II est le soutient utile dont nous avons besoin lorsque nous ne parvenons pas à exprimer clairement ce que nous présumons. L’exemple est un support essentiel à l’homme lorsque celui-ci désir être compris de tous. Chaque individu peut y avoir recours pour se projeter dans une situation où sa théorie est appliquée ou applicable. Ainsi, il se révèle être l’appui de la théorie et permet de lui conférer un semblant de réalité pour la rendre plus accessible. L’exemple est essentiel à la communication entre les hommes, au débat, à l’enseignement.

II explique clairement ce que bien souvent nous ne parvenons pas à rendre claire. Lors d’un rapport ou d’une discussion, il facilite le dialogue et permet souven 2 à rendre claire. Lors d’un rapport ou d’une discussion, il facilite le dialogue et permet souvent d’aboutir à une idée commune. S’il est concret et indiscutable, il est la preuve irréfutable de notre théorie et suffit à lui seul à la faire accepter de tous. Ainsi Mitterrand soulignait que « l’on apprend rien par la parole, mais tout par l’exemple ». Sous entendu qu’un bon exemple vaut souvent mieux pour son auditoire qu’un long discours.

Plus claire, plus réel, plus proche de notre auditoire, le recours à l’exemple c’est la recherche de facilité dans la communication mais de l’efficacité. En effet, quoi de mieux qu’un exemple objectif et tangible pour témoigner de la véracité d nos propos ou pour favoriser et simplifier le débat. L’illustration semble donc une aide précieuse et favorable dans les rapports et les confrontations entre hommes. par cette première notion l’homme semble donc avoir besoin d’exemple pour étayer ses dires et mieux être ompris de son public en utilisant un recours simple et universel.

L’exemple s’il sert de modèle peut également s’avérer essentiel. En effet, qu’il s’agisse de son éducation étant enfant, d’un quelconque apprentissage dans sa vie futur ou de la moral, l’homme ne serait tirer seul les enseignements sans avoir recours à un modèle. Il est constamment confronté à la nécessité d’imiter un certain savoir pour pouvoir à son tour reproduire le bon fonctionnement. Ainsi, l’enfant grandit par identifications successives à des m 3 tour reproduire le bon fonctionnement.

Ainsi, renfant grandit par identifications successives à des modèles qui nous semblent plus tard incongrus, telle que les héros historiques ou imaginaires, de récits ou de films. De même il s’identifie plus simplement à sa famille, ses parents ou ses ainés qui représentent pour lui d’autres modèles qu’il tente de reproduire, comme la petite fille jouant à la dinette ou le garçon aux voitures. A l’issue de quoi, l’enfant se projette un idéal à atteindre dans le futur et lui permettant de se juger dans le présent. De même, dans son emploi futur, l’homme requiert un modèle.

C’est par l’étude d’un savoir faire et son imitation qu’il peut manier une discipline. Ainsi, en prenant pour modèle un artisan, il sera s’il limite reproduire son savoir. Pour apprendre, il faut d’abord dans la plupart des cas imiter ceux qui détiennent le savoir. Cette conduite de socialisation est un comportement essentiellement humain par lequel l’enfant fait l’apprentissage des techniques et des règles sociales en calquant son comportement sur des types considérés comme modèles. Enfin pour ce qui relève de la morale, le modèle, c’est celui qui se fait le guide e l’homme.

Toutes les sagesses, qu’elles soient laïques ou religieuses, proposent un type d’être éminent ou d’homme exceptionnel dont la vie et la conduite sont considérées comme idéales. L’agent moral est alors invité à imiter ce modèle. Te 4 conduite sont considérées comme idéales. L’agent moral est alors invité à imiter ce modèle. Tel est le statut de Jésus-Christ dans les morales d’inspiration chrétienne. Rousseau dans l’Emile ou De l’éducation affirmait que « nous naissons faibles, nous avons besoin de force; nous naissons dépourvus de tout, nous avons esoin d’assistance; nous naissons stupides, nous avons besoin de jugement ».

Ainsi les exemples que l’on se construit et que l’on tente d’imiter contribuent à notre évolution au long de notre existence. Dans les lettres, il supposait également que  » rhomme doit se proposer de grands exemples à imiter, plutôt que de vains systèmes à suivre.  » Il est ainsi préférable de reproduire certains modèles fondamentaux du passé plutôt que de se projeter dans de nouvelles institutions douteuses. L’homme se forge donc une personnalité en imitant ou en excluant un exemple précis. En conséquence, il a toujours besoin d’un modèle à suivre ou ? rejeter.

L’homme peut donc avoir recours à l’exemple car celui-ci lui permet de faciliter sa conversation et ses rapports dans l’illustration. De même la projection d’exemple et de modèle le guide dans son apprentissage et lui indique la vois à suivre. Cependant la projection d’exemple n’est qu’un leurre. En effet, en se projetant un quelconque exemple l’homme ne fait que supposer une situation sans pour autant qu’elle n’ai lieu. Ainsi, l’exemple bien que représentatif de la réalité ne peut être définit en tant S