Audit des stocks 2

Audit des stocks 2

Résumé de « Liaudit « L’audit des stocks » STOCKS DEFINITION, HIERARCHIE ET POLITIQUE D’ APPROVISIONNEM orqo Sni* to View l. DEFINITION DES STOCKS : Stocker, c’est engager des dépenses pour acquérir des biens qu ne produiront des revenus qu’ultérieurement. La norme comptable définit les stocks comme l’ ensemble des biens ou des services qui interviennent dans le cycle d’ explo tation de l’ entreprise pour être . Soit vendus en l’ état ou au terme du processus de production ? venir ou encours. es emballages susceptibles d’ être provisoirement conservés par les tiers et que l’ entreprise ui les livre s’ engage à les reprendre dans des conditions déterminées à condition que ces emballages ne soient pas commodément identifiable unité par unité. Dans le cas contraire, ces emballages constituent des immobilisations (compte 2333) Les produits en-cours sont des biens ou services non achevé à la date de clôture de l’ exercice. Les produits intermédiaires sont ceux ayant atteint un stade d’ achèvement mais destinés normalement à entrer dans une nouvelle phase du cycle de production.

Les produits résiduels, comprennent les déchets et rebuts de fabrication et par extension, es produits finis et les produits intermédiaires invendable ou inutilisables en tant que tel. Les produits

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
finis correspondent aux biens et services qui ont atteint un stade 0 classe, chaque produit aura un mode de gestion spécifique. 3. POLITIQUE DE REAPPROVISIONNEMENT Définir une politique de réapprovisionnement consiste essentiellement à répondre à trols questions . QUOI (quel produit) faut-il réapprovisionner ? QUAND faut-il réapprovisionner ?

COMBIEN faut-il réapprovisionner ? En fonction du QUOI ? Les choix suivants se présentent : Date ou quantité FIXE. Date ou quantité VARIABLE. Suivant les combinaisons des réponses, il est donc possible de définir quatre politiques de base pour réapprovisionnement du stock 1 – Réapprovisionnement à Date et Quantité fixes Dite aussi méthode « calendalre », les livraisons de pièces se font ? dates fixes. Les quantités livrées sont égales et peuvent se rapprocher de la « quantité économique » ou correspondre à une livraison partielle d’un contrat annuel.

PAGF 0 moment de l’utilisation de la dernière pièce. Ce niveau de stock (point de commande) doit permettre de satisfaire les besoins durant le délai allant de la date éclenchement commande livraison. 4 – Réapprovisionnement à Date et Quantité variables Cette méthode est prlncpalement utilisée pour les articles de classe A dont les prix de revient varient fortement ou dont la disponibilité n’est pas permanente. Exemple : Métaux précieux, bois exotiques… L’achat se fait sur estimation en fonction des opportunités du marché 0 catégorie d’ achat et qu’ elles sont significatives.

Des charges accessoires d’ achat engagées jusqu’à l’ entrée en magasin de stockage, il s’ agit essentiellement des charges directes sur achat et approvisionnement (Transport, rais de transit, commissions et courtages, frais de réception (déchargement, manutention… assurances, transport… à l’ exclusion des taxes légalement récupérables). Toutefois l’ entreprlse peut inclure dans le coût d’ acqulsitlon la fraction des charges indirectes susceptibles être raisonnablement rattachées à l’ opération d’ achat et d’ approvisionnement.

Le coût de production des biens en stocks est formé de la somme . Des coûts d’ acquisition des matières et fournitures utilisées pour la production de l’ élément. Des charges directes de production telles les charges de ersonnel, les services extérieurs, les amortissements… Des charges indirectes de production dans la mesure où il est possible de les rattacher PAGF s 0 estimée à la date d’ entrée, en fonction du marché et de l’ utilité économique du bien pour l’ entreprise. ?? Stocks acquis à tltre d’ apport : la valeur d’ entrée est égale au montant stipulé dans l’ acte d’ apport. • Stocks acquis conjointement ou produits conjointement : la valeur d’ entrée de ces biens est déterminée à partir de leur coût global d’ achat ou de production, proportionnellement à la aleur relative qui peut être attachée à chacun de ces biens dès qu’ ils peuvent être individualisés. 4 • Produits résiduels : sont à inscrire en stock pour leur valeur probable de réalisation (cours du marché s’ il en existe un) sous déduction des charges de distribution à engager. ?? cas exceptionnels : Dans les cas exceptionnels, où il n’ est pas possible de calculer le coût d’ achat ou le coût de production, la valeur d’ entrée est déterminé : comme égale au coût d’ achat ou au coût de production dans entreprise des biens équivalents constaté ou stimé à une date aussi proche que possible de la date d’ entrée, à défauts, comme égale aux prix de vente estimé à la date du bilan sous déduction d’ une marge normale sur coût d’ acquisition ou sur coût de production. ?? Stocks détenus à l’ étranger et destinés à y être vendus et dont le coût est exprimé en devises : Ces stocks font l’ objet d’ une conversion en dirhams par catégories de marchandises ou de produits sur la base en de change à leur date ou d’ entrée) ou sur la base d’ un cours estimé aussi proche que possible de ce cours moyen. 1. 3. STOCKS DE BIENS INTERCHANGEABLES . ur les articles, objets ou catégories individualisés et identifiables, le coût d’ entrée est déterminé par article, objet ou catégorie En revanche, pour les articles ou objets interchangeables, et non identifiés par unité, après leur entrée en stock, le coût d’ entrée du stock observé à une date quelconque et notamment ? l’ inventaire, est obtenu selon l’ une des deux méthodes suivantes X Méthodes du coût moyen pondé ré : Le coût moyen pondé ré aprè s chaque entré e : CMPU après chaque entrée – Valeur du stock précédent + valeur de l’ entrée (achat au roduction) Quantité en stock + quantité entrée (achetée ou produite) Le coût moyen pondé ré de pé riode de stockage : Le coût unitaire d’ entrée du stock à la date de l’ inventaire est égal à la moyenne des derniers coûts unitaires d’ entrée observée sur la durée moyenne d’ écoulement du dit stock, cette moyenne des derniers coûts étant pondérée par les quantités entrées. Exemple L’ entreprise a consommé dans l’ année 450 unités, son stock moyen est de : Stock initial + stock final = (300 +300)/2 = 300 unités; 2 Résumé de « L’audit La durée moyenne de sto PAGF 7 0 (300 x 12 = 8 (1 50+200) 44. 250/350- 1 26,43 DR. La valeur du stock final est donc égale à : 300×126, 43 DH 37. 29 DH La méthode du premier entré e, premier sorti (FIFO) Toute sortie est valorisé au coût d’ entrée le plus ancien, dés lors le stock final est évalué aux coûts x d’ entrées les plus récents, les quantités étant regroupées par lots homogènes quand à leur date d’ entré et à leur valeur. 2. LA VALEUR ACTUELLE A LA DATE D’ INVENTAIRE La valeur actuelle des biens en stock est déterminée à partir du marché et de l’ utilité du bien pour ‘ entreprise : La référence au marché s’ effectue à partir des informations les mieux adaptées à la nature du bien (prix du marché, barèmes, mercuriales… ) et en utilisant des techniques adéquates (indices spécifiques, décotes… Pour les matières premières et les fournitures, la référence au marché correspond le plus souvent au prix actuel d’ achat, majoré des charges actuelles accessoires d’ achat.

Pour les produits finis et les marchandises, la référence au marché correspond généralement à leur prix de vente probable, diminué du total des charges restant à engager our réaliser la vente (charges de distribution y compris les charges postérieures à la vente telles celles relatives au c principe de prudence, des perspectives de vente et notamment du prix « du marché » s’ il en existe un à son niveau actuel (date de l’ inventaire) ou futur (en cas d’ évolution à la baisse) ; des particularités des produits ou marchandises en stock et notamment de leur inadaptation aux conditlons nouvelles du marché (cas des articles démodés ou obsolètes.. ) ou de leur état (articles défraî chis ou abî més… 6 3. LA VALEUR AU BILAN NALEUR COMPTABLE NETTE) Cas général En application du principe de prudence est retenue comme valeur comptable nette, dans le bilan, la valeur d’ entrée ou si elle lui est inférieure la valeur actuelle. Si la valeur actuelle est inférieure ? la valeur d’ entrée, il est appliqué à cette dernière une correction en diminution sous forme d’ une provlslon pour dépréciation.

Valeur d’ entrée > Valeur actuelle provision pour dépréciation – Valeur d’ entrée – Valeur actuelle VCN = Valeur d’ entrée – p dépréciation = valeur supporter jusqu’ à exécution totale du contrat, le coût d’ entrée es biens est conservé comme valeur du bilan sans que soit constatée une provision pour dépréciation. Ill. LES ECRITURES COMPTABLES DE REGULARISA ION DES 1. Inventaire intermittent Dans cette organisation comptable, c’est seulement en fin de période que sont inscrits dans les comptes de la comptabilité générale les existants chiffrés en valeur. Comptabilisation des variations de stocks . 1 . Annulation des stocks initiaux 2.

Constatation des stocks finals Comptabilisation des provisions pour dépréciation des stocks 1 . Annulation des provisions/stocks initiaux . Constatation des provisions/stocks finals N. B Une autre méthode de régularisation des provisions consiste à comparer, pour chaque catégorie de stock, la provision sur le stock final et celui sur le stock initial, afin d’enregistrer la différence (dotation ou reprise) 7 Variation des stocks=stock final-stock initial La variation des stocks est : – positive en cas d’augmentation des stocks (SF>SI) négative en cas de diminution de stocks (SF