asdffdsg

asdffdsg

LE REINING Par Cloé Senneville Il. QU’EST-CE QUE LE REINING? Le reining est une épreuve de performance jugéel qui s’effectue au galop et composé d’un enchaînement de figures imposées2 dans un ordre précis. C’est ce que Hon appelle un patron. Il en existe 12 et c’est la N. R. H. A. (National Reining Horse Association) qui en est la créatrice.

Les associations de partout dans le mon le système de jugem ors la référence dans ut connu pour ces figures spectacul es. s sont les vrllles : Sv. iVN to un enchaînement de une accélération gra s rapides avec sade : la plus pectaculaire qui consiste a taire une ligne droite dans la longueur du manège au galop avec également une accélération graduelle pour finir avec un arrêt ou le cheval glisse des deux postérieurs et ou les antérieurs trotte.

D’autres manœuvres sont également imposés tels que les volte-face : un demi-tour sur les postérieurs au galop qui suit toujours les arrêts en glissade, le changement de pieds à la volée au centre du manège, les grands cercles rapides, les petits cercles lents, les changements de vitesse entre ces deux cercles, le reculons et l’arrêt3. Le cavalier est jugé sur Swipe to nex:

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
page sur la précision du tracé, et le respect du patron. Le cheval doit être calme, en équilibre et docile4. Il. ORIGINE D’où provient le reining? C’est une question qui reste toujours confuse dans ses réponses.

En fait, c’est une discipline qui provient directement du travail avec le bétail dans une époque où les chevaux étaient utilisés comme un outil de travail et comme moyen de se déplacer. Les fermiers qui possédaient une terre avec du bétail avaient besoin de chevaux calmes et très bien dressés pour déplacer les troupeaux sur de longues distances. Les chevaux qui étaient utilisés pour ce type de travail devaient être rapide, réactifs et dociles pour exécuter des arrêts et des accélérations sur demande et devaient être assez agiles pour tourner court.

Ces critères étaient essentiels pour rattraper le bétail égaré. Après le travail, les fermiers ont trouvé une activité pour se divertir et se détendre. Ils organisaient des joutes amicales pour montrer l’habileté de leurs chevaux parfaitement bien dressés. Ce sont ses joutes qui ont permis de créer une discipline telle que nous la connaissons aujourd’hui en manège. De nos jours, le reining est connu comme étant la discipline favorite de l’équitation western puisque c’est la seule qui fait partie des Jeux Équestre Mondiaux et qui est inscrite à la Fédération Équestre Internationa14. LES Équestre Mondiaux et qui est inscrite à la Fédération Équestre Internationa14. Ill. LE SYSTÈME POINTAGE Le couple cavalier cheval entre en manège avec 70 points. Pour chaque manœuvre effectuées, les juges accordent un pointage entre -1. 5 qui est très mauvais et +1. 5 qui est excellent. Des points sont retirés lorsqu’il y a une pénalité. Les pénalités sont données lorsqu’il y a défenses du cheval, en d’autres mots, s’il n’est pas volontaire de façon apparente. Les mouvements non prévus peuvent aussi causer une pénalité. ? l’inverse, des points supplémentaires peuvent être donnés si le parcours est fait dans une attitude détendue et avec rapidité4. Voici à quoi ressemble une feuille de pointage retrouvé sur le site web de la Fédération Équestre Française5 : http://v. mw. ffe. com/Disciplines-Equestres/General/Western /Feuilles-de-notation IV. LES DIFFÉRENTES CATÉGORIES D’INSCRIPTION Chaque cavalier a le choix de s’inscrire dans une des différentes catégories. Elles sont divisées par l’âge du cheval, le niveau d’expérience et si le cavalier est un amateur ou un professionne14.

Parmi les plus prestigieux se trouvent les futurités, adressés aux jeunes chevaux de 3 ans, les maturités qui englobent les chevaux entre 4 et 6 ans et l’épreuve des 7ans et plus 1. V. LE STYLE LIBRE Le style libre est synonyme d’originalité. Le cavalier doit créer une chorégraphie en incorporant les figures exigées que l’on retrouve habituellement dans les épreuves régulières. Elle peut s’effectuer seul ou en groupe. Accompagnée de musique et d’un costume, l’épreuve de style libre demande de l’imaglnation et de la créativité. Le thème est complètement laissé à la discrétion du cavalier.

La durée totale de la chorégraphie se limite entre deux et quatre minutes6. Les concurrents sont jugés selon la qualité de leur chorégraphie, sur le choix de la musique et le niveau de difficulté4. Voici quelques exemples de style libre parmi les plus spectaculaires, originaux et populaires : Stacy Westfall est la gagnante du style libre en 2006 au All American Quarter Horse Congress où elle monte sans bride et ? cru7. Laura Mae Schoeller est la gagnante du style libre 201 0 au All American Quarter Horse Congress où sont thème est le cheval de course.

Il monte avec une selle classique et les étriller de style jockey très court8. Dan James est le gagnant du style libre au Kentucky Reining Cup Freestyle Championship où il monte à cru et même à l’envers sur son cheval sur le thème du filme The Lone Ranger9. PAGF VI. L’EQUIPEMENT UTILISE A. pour le cavalier Le cavalier doit porter une tenue qui fait référence aux origines e ‘équitation western, c’est-à-dire un chapeau, une chemise ? manches longues, un jean, des chaps qui recouvrent les pantalons et une paire de bottes.

La tenue doit être décontractée et confortable pour permettre d’être libre de ses mouvements4. B. Pour le cheval Le cheval est équipé d’une selle western avec corne et fourche basse. Pour protéger les membres antérieurs, on équipe le cheval de guêtres et de cloches ainsi qu’une protection aux genoux. Les postérieurs sont équipés de Skid Boots, une protection au boulet, et de fers particuliers que fon appelle Slide Plate. Ce type de fer est plus long et plus lisse que ceux retrouvés dans d’autres disciplines4.

Il permet au cheval de glisser lors des arrêts en glissades. C. Le terrain Sans qu’il fasse partie d’un équipement précis, le terrain est primordial dans la pratique du reining pour ne pas blesser le cheval au niveau de ses articulations et de ses tendons. Le sol doit être d’une épaisseur d’environ 10 centimètres. Il est fait de sable léger sur terre battue compressée. Ainsi, la surface sur laquelle le cheval prend appui ne lui nuit pas lorsqu’il effectue des manœuvres10.