architecte en quête de fluidité

architecte en quête de fluidité

portrait Toyo Ito Un architecte en quête de fluidité Toyo to fait partie des grands architectes contemporains. Le paysage urbain de Tokyo lui est d’une grande inspiration et son architecture est une réponse authentique aux pro posés par le context or7 dans la liberté et la fr heu’ • avec lesquelles il abo de son inspiration va de son travail réside turale. Le répertoire spatiaux à la maison japonaise traditionnelle, de la puce électronique à la cérémonie de la floraison des cerisiers, des médias contemporains aux arbres de la forêt. 2 •c ONSTRUCTION MODERNE NOI 24 é à Séoul de parents japonais,Toyo Ito voit souvent ses biographies japonaises indiquer « né au Japon », sans propre agence en 1971 sous le nom d’Urbot urban robot), mais il doit attendre 1 978 pour réaliser son premier immeuble. C’est en 1979 qu’il la rebaptise ‘Toyo Ito and Associates ». Son expérience dans le domaine de l’architecture domestique influe sur son made de pensée. L’intérêt qu’il porte à la ville est centré sur la manière de vivre des gens plus que sur la structure urbaine.

Architecte de l’essentiel, Toyo Ito, aujourd’hu âgé de 65 ans, s’est opposé ? l’architecture monumentale, lui préférant la création d’espaces plus malléables. Son

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
œuvre peut se diviser en trois périodes. La première est celle de Harchitecture domestique dans laquelle il développe la métaphore du « jardin de lumière ». Le terme de « jardin » est utilisé par Toyo Ito lui-même pour illustrer foisonnant, changeant de ses projets, bien qu’un thème y soit perceptible. Avec ses constructions domestiques, l’architecte développe de nouveaux concepts de vie pour ‘homme.

La seconde période, intitulée « Jardin des vents », est marquée ar le caractère éphémère de ses réalisations. La troisième, qu’il nomme « Jardin des puces électroniques », exploite au maximum les possibilités de cette discipline technique. Son architecture actuelle semble réaliser la synthèse de ces trois périodes. PAG » rif 7 silhouette, couper par une ligne en bas et en haut, recopier trois fois cette dernière, les placer irrégulièrement côte ? côte de façon que les branches s’entremêlent comme dans une forêt.

Faire que la hauteur du dessin des arbres corresponde à la hauteur totale de l’immeuble ? construire. Recopier le groupe de trois arbres autant de fois que nécessaire pour obtenir la même longueur que le périmètre du bâtiment à construire. Toyo to fond la structure et l’emballage du bâtiment en un réseau concret d’arbres. 2 Il démolit l’archétype traditionnel du bâtiment de bureaux et crée une architecture immatérielle, presque fictive, adaptée et intégrée à une ville qui apparait de plus en plus virtuelle.

CONSTRUCTION MODERNE 24 • 33 PAGF3C,F7 échantillonnage de façade, cet exemple donne à voir les multiples variations, pour une épaisseur ixe et faible (21 5 mm), des armatures métalliques horizontales. Le programme est simple, avec les étages inférieurs dédiés à la vente et les étages supérieurs occupés par des bureaux et un espace multifonctionnel. Pour obtenir les mètres carrés désirés, la construction s’élève sur sept niveaux. 34. c Toyo Ito utilise pour ses façades et sa structure des « arbres de béton » dont les formes proviennent des dessins épurés de trois arbres japonais.

Pour apprécier le travail de l’architecte, il est important de comprendre que ce dernier ne reprend 24 amais superficiellement les formes ou les inspirations de l’architecture traditionnelle, mais qu’il en isole la symbolique culturelle afin de réaliser un nouveau modèle d’expression totalement dévouée au présent. La parcelle a une configuration peu commune, en forme de L avec une façade étroite sur la rue principale, l’angle étant occupé par un autre immeuble. Afin de donner une unité au volume To o Ito a donc entouré la constructi espaces intérieurs sont ainsi libérés de tout poteau intermédiaire.

Matière et force du béton Dans sa relation avec son environnement – le quartier ‘Omotesando où l’on trouve nombre de boutiques luxueuses — la construction, qui propose du simple béton, se concentre sur une matière et une force absentes de Imarchitecture de verre » des bâtiments qui l’entourent. pour Toyo Ito, le choix d’une structure en béton n’est pas seulement celui d’un usage et d’une expression qui sont habi- 6 3 Le plancher des bureaux s’accroche au point de passage des éléments verticaux de béton de la façade.

La pose des verres au nu extérieur qui laisse un vide, et les éclairages au pourtour du sol, renforcent la fluidité ropre de la façade par rapport aux espaces intérieurs. 4 Le passage de l’escalier révèle la pureté du traitement architectural des détails – angle du bâtiment, rencontre des marches, de la façade et du cloisonnement. 5 Les meubles sont dessinés par Toyo dialogue entre nature « artificielle » e Ito. 6 De l’intérieur se lit le table ».

Japonais a cherché « une manière d’éviter l’habituel travail de dessiner des transparentes (des ouvertures) dans un volume opaque (la façade avec les différents niveaux de fonctionnalités à éclairer) ». C’est la recherche d’une nouvelle méthode qui uisse tout à la fois unifier et définir ces deux éléments contraires ; ou comment unifier le plein et le vide. « Le travail a consisté à relier toutes les lignes (poteaux), les surfaces (murs) et les ouvertures d’une manière innovante. puis, ? un moment donné, toute la recherche architecturale s’est déplacée après la formulation d’une autre question : « Ne serait-il pas possible de créer une surface qui serait une structure exprimant directement le passage des forces de la construction, pour autant que cette surface serait un ensemble de lignes larges placées sur un même plan L’image de l’arbre Une fois investi dans ce processus de conception, Toyo Ito a, dit-il, très soudainement eu cette idée d’une structure extérieure composée d’un chevauchement et d’une répétition de trois silhouettes d’arbres. L’excitation est venue lorsque, après plusieurs investigations en ce sens, il m’est apparu que la forme d’un arbre permettait d’organiser le support de l’immeuble et de proposer des conditions variables pour une façade à la géométrie tout à fait inédite. Les arbres sont des organismes qui se soutiennent ar eux-mêmes et développen sus.  » En tilisant le diagramme des branches d’un arbre, plus on monte dans le bâtiment et plus fines et nombreuses sont les « branches » et meilleur est le ratio des ouvertures.

Les espaces intérieurs qui en résultent présentent alors des atmosphères différentes selon les différentes fonctionnalités choisies. En rejetant la trop évidente distinction entre murs et ouvertures, lignes et plans, deux et trois dimensions, transparences et opacités, l’architecture de Tods se caractérise par une évidente typologie abstraite. Le choix de la silhouette d’arbre crée une nouvelle image de façade et ? egarder cette dernière, « une tension constante est générée entre l’idée d’un bâtiment concret et symbolique et celle d’un édifice parfaitement abstrait’.

Pour ce projet, Toyo Ito avoue avoir voulu réaliser « un bâtiment qul, à travers une nouvelle expression architecturale, énonce à la fois une force dans le paysage de la ville qui résistera au passage du temps et la présence vivante d’une marque à la mode ». I Maitre d’ouvrage: Holpaf B. Maître d’œuvre : Toyo Ito,Takeo Higashi, Akihisa Hirata,Kaori Shikichi, LeoYokota,Takuji Aoshima, Yasuaki Mazunuma,architectes Programme :