appolinaire

appolinaire

Apollinaire – Commentaire littéraire / Analyse préalable Le ciel est étoilé par les obus des Boches La forêt merveilleuse où je vis donne un bal La mitrailleuse joue un air à triples-croches Mais avez-vous le mot Eh ! oui le mot fatal Aux créneaux Aux créneaux Laissez là les pioches Comme un astre éperdu qui cherche ses saisons Cœur obus éclaté tu sifflais ta romance Et tes mille soleils ont vidé les caissons Que les dieux de me Nous vous aimons ô Les obus miaulaient Un amour qui se me p g ence autres Ton souffle nage au fleuve où le sang va tarir Entends chanter les nôtres

Pourpre amour salué par ceux qui vont périr Le printemps tout mouillé la veilleuse l’attaque I pleut mon âme il pleut mais il pleut des yeux morts Ulysse que de jours pour rentrer dans Ithaque Couche-t01 sur la paille et songe un beau remords Qui pur effet de l’art soit aphrodisiaque Mais orgues aux fétus de la paille où tu dors ‘hymne de l’avenir est paradisiaque oui le mot fatal Que les dieux de mes yeux remplissent en silence Nous vous aimons ô vie et nous vous agaçons Les obus miaulaient un amour

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
à mourir Un amour qui se meurt est plus doux que les autres Il pleut mon âme il pleut mais il pleut des yeux morts

U lysse que de jours pour rentrer dans Ithaque Couche-toi sur la paille et songe un beau remords L’hymne de l’avenir est paradisiaque Thème de la guerre et du chaos qu’elle engendre [juxtaposition d’images et de paroles sans lien apparent entre elles / superposition du présent (est étoilé) et du passé (miaulaient) la guerre = source de métaphores] par les obus des Boches La mitrailleuse obus éclaté 2 / Les obus I pleut mon âme il pleut sur la paille / aux fétus de la paille où tu dors Thème de l’amour – malheureux, lointain, mais dont le souvenir ou l’espoir aide à survivre éblouissement (tes mille soleils Lou ? / chagrin (éperdu) / apaisement (plus doux) / rêve érotique (aphrodisiaque) Cœur obus éclaté ta romance Que les dieux de mes yeux remplissent un amour a mourlr Pourpre amour salué par Couche-toi et songe un beau remords Thème de l’enchantement – la poésie permet à Apollinaire de transfigurer la réalité [la beauté côtoie l’horreur de la guerre / la fantaisie permet la distanciation vis-à-vis de la réalité] e ciel est étoilé un astre Et tes mille soleils les dieux de mes yeux Entends chanter et songe un beau remords pur effet de l’art

Thème de la mort — omniprésente [mourir, meurt, morts + pé 3 st l’acte lui-même qui est façons de mourir, ni les souffrances, ni l’agonie … l fatal à mourir / qui se meurt Pourpre ceux qui vont périr mais il pleut des yeux morts Thème de la musique – fil conducteur du texte, comme dans la Chanson du Mal-aimé (joyeuse romantique / discordante / solennelle / il pleut, il pleut, bergère = chanson populaire détournée par Apollinaire] donne un bal joue un air à triples-croches tu sifflais ta romance en silence miaulaient / miaulaient I pleut il pleut Orgues L’hymne de l’avenir

Présence du poète dans son texte [tantôt la IC personne / tantôt la 20 : il se parle à lui-même + tantôt le présent (d’énonciation, avec une valeur de durée), tantôt l’imparfait (de description – le passé)] où je vis mes yeux mon âme Cœur Ton souffle Entends 4 maisons CŒUR obus éclaté qui sifflait sa romance Je ne suis jamais seul, voici les deux caissons Tous les dieux de mes yeux s’envolent en silence Nous vous aimons ô Vie et nous vous agaçons Les amours qui s’en vont sont plus doux que les autres I pleut, Bergère, il pleut et le sang va tarir.

Les obus miaulaient. Entends chanter les nôtres Pourpre Amour salué par ceux qui vont périr ! Le Printemps tout mouillé, la Veilleuse, l’Attaque Il pleut, mon âme, il pleut, mais il pleut des yeux morts. lysse, que de jours pour rentrer dans Ithaque !

Qui, PUR EFFET DE L’ART, soit aphrodisiaque Apollinaire / CL e ciel est étoilé par les obus des Boches La mitrailleuse joue un air à tri les-croches S au fleuve où le sang va tarir Chl de la fête Feu d’artifice + bal + musique (rythme rapide) : fête (cf le 14 juillet) Chl de la guerre : attaque contraste entre qque chose de beau et joyeux et la guerre ersonnifications des Instruments de mort à triples-croches : rythme rapide chl de la guerre : le mot de passe ?

Aux créneaux : un ordre ? = ordre d’attaque ? Ordre de se positionner le long du rempart / rappel de la barbarie du MA/ Créneaux : position de défense (dans la tranchée et non en hauteur) impératif : rajoute une notion d’urgence / s’adresse à qui ? Aux soldats ? Ordre qu’il peut entendre ? + injonction + question + exclamative (seule ponctuation) Chl de la musique il s’adresse à son cœur apostro he (métonymie) imparfait et PC = le passé