Anthropologie

Anthropologie

Anthropologie l. Qu’est ce que l’anthropologie ? Anthropologie : L’anthropologie a plusieurs dimensions, la première étant physique : elle étudie les caractères anatomiques et biologiques de l’homme considéré dans la série animale. Cest aussl l’ensemble des sciences qui étudie l’homme. L’anthropologie biologique, celle qui nous intéresse, étudie les os et autres restes humains. Il. A quoi sert l’anthropologie ?

L’anthropologie médico-légale a pour objectif clé l’identification d’individus jusqu’alors inconnus. Pour cela, les anthropologues ?tablissent en premi consiste à estimer l’â l’indivldu, en plus de sont particulières, Lel suite, l’anthropologu Sni* to e. Cette étape rigine ethnique de Ear éristlques qul lui les blessures. Par la ubies par l’individu dans la période de temps qui a pr c de son décès, ce qui peut éventuellement permettre de déterminer les causes de la mort.

Ainsi, l’anthropologue judiciaire et médico-légale répond aux quatre grandes questions 1 . Quelle est l’identité d’une personne trouvée à l’état squelettique (son nom, son sexe, son appartenance géographique t biologique, sa stature, sa fonction sociale et profess page professionnelle) ? 2. Depuis combien de temps cette personne est-elle décédée ? 3. Son âge au moment du décès ? 4. Quelle est la cause de la mort (accidentelle, naturelle, meurtre, pendaison, génocide,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
suicide… ) de cette personne?

L’anthropologue peut également déterminer : si tous les os étudiés appartiennent à une seule et même personne; – si la personne était droitière ou gauchère, en effet, le degré d’usure des os le révele, car l’utilisation prédominante d’une main entraine des modifications des os; si une femme a eu des enfants car l’accouchement laisse des traces sur les os du bassin; – si une blessure révèle un indice concernant l’agresseur, par exemple, si la victime a une blessure au bras gauche, cela peut indiquer que l’agresseur était droitier et que la victime a utilisé son bras gauche pour se protéger le visage; – si la personne a été étranglée car dans ce cas, l’os hyo-lde est généralement brisé ; -et également la force utilisée ou la taille de l’agresseur en vertu de la profondeur des plaies ; – si le traumatisme comme une fracture est survenu du vivant e la personne, on note alors des signes de cicatrisation.

Si le traumatisme est survenu peu de temps avant le décès ou après le décès, on ne peut pas noter de signes de cicatrisation de la plaie, l’anthropologue doit alors déterminer si le traumatisme est relié et si il a donc PAG » OF d plaie, l’anthropologue doit alors déterminer si le traumatisme est relié et si il a donc provoqué la mort, ainsi on a la cause du décès de la personne. pour finir, l’anthropologie est essentielle dans la police scientifique. Ill. Qui est l’anthropologue légiste? L’anthropologue légiste a plusieurs rôles à jouer au niveau de l’identification de la victime. Parfois, ils procèdent à une simple identification en se basant sur les restes. Dans d’autres cas, ils peuvent tenter d’identifier quels traumatismes la victime a subis afin d’aider le pathologiste dans son analyse de la cause du décès et de la manière dont la personne a été tuée.

Les anthropologues judiciaires qui disposent dune formation incluant des acquis en archéologie, possèdent des connaissances sur l’évolution temporelle (mois, années) de l’endroit où une ersonne est décédée. Peu d’enquêteurs sur les scènes de crime disposent d’un tel point de vue, et c’est ainsi qu’ils sont utiles aux coroners (enquêteurs qui se chargent des affaires de décès) et ? la police lorsqu’ils enquêtent sur des scènes de crime. Ils effectuent leurs recherches en examinant attentivement les restes d’os, de tissus ou de tout autre article trouvé sur le lieu du crlme. Les anthropologues légistes et leur équipe doivent être très prudents en manipulant les restes puisque même le plus petit fragment d’os peut révé