Analyse Texte Chateaubriand, René (1802)

Analyse Texte Chateaubriand, René (1802)

Texte 1 : Chateaubriand, René (1802) Intro : Amorce ; cf. argumentaire du descriptif. Auteur : Précurseur du romantisme en France, René publié en 1802 , premier texte romantique, surtout un de ceux qui a le mieux décrit « le vague des passions » état d’insatisfaction chez l’Homme. « Mal du siècle » qui touche les jeunes romantiques, qui ont la vingtaine, ils sont frappés par ce mal du siècle, expression de Musset, pour définir le malaise de cette génération au début du 19ème. René O Texte fondat autobiographique, « Chateaubriand.

Mémoires d’outre-to ors Sni* to View ance. Roman x prénoms de Problématique : Comment le mal du siècle romantique éprouvé par le personnage Sexprime dans le texte ? l) L’expression du malaise et sa progression Changement dû au passage du 18ème au 19ème « Peur de l’inconnu » (1. 2). Religion Impiété Génie souplesse de l’esprit Gravité des mœurs * corruption René inadapté à son époque mais en même temps il est vu faubourg pour y vivre totalement ignoré » Goût pour le retrait de la société, « vie obscure » (1. 3). Lieux pour trouver la solitude et rupture avec la société Û (1. 25 0 er type de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
lieu : Station dans l’église 0 dimension religieuse, champ lexical de la religion très présent. Il pense être abandonné de Dieu, il cherche des réponses. Il implore Dieu (1. 33). 2nd type de lieu : promenades au crépuscule. 3ème : labyrinthe de rue solitaire. Il) La dimension lyrique du texte a) Registre lyrique lié à une longue plainte déploration dont le passé nostalgie. Ce discours est adressé à un prêtre C] registre élégiaque.

Déploration « Hélas » ouvre le texte et le ferme —> une boucle. « Vaste désert d’Homme » 0 association de termes contradictoires ésert * espoir. Fatalité, destiné, l’ennui de vivre, dimension religieuse, mort à la fin du texte Cl thèmes lyriques. b) Le rythme des phrases. On remarque plusieurs rythmes ternaires dans le texte (L. 5 à 7). Alternance entre phrase longues et phrases courtes silences, pauses. Phrases construites grâce a des ériodes oratoires (19-21). ? Traité partout d’esprit ro nteux du rôle que le (D protase), jusqu’à ce qu’elle atteigne le sommet de la phrase (D acmé). , puis le mouvement descendant (C apodose). c) Images poétiques « Flot des passions » (129). Métaphore filée qui exprime une idée de renaissance dans un contexte religieux, image biblique, régénération du corps. (l. 34/35) Vers la fin du texte on quitte le registre de la plainte lyrique C] il évoque la mort. « Mal su siècle » Baudelaire va appeler ça le « spleen dans Les fleurs du mal.

Il exprime les coups de ‘horloge grâce aux allitérations en [t] et d) Dernier paragraphe Poème lyrique dans la prose. Le narrateur s’enfonce progressivement dans sa solitude et dans les ténèbres * lumière de la société. Conclusion : Par bien des aspects, René va servir de modèle aux héros omantiques : Noblesse hautaine en rupture avec une société dominée par des valeurs médiocres, goût pour la solitude et refuge dans les arts, ennui de vivre qui touche a une dimension métaphysique.

Toutefois, dans l’extrait, René est moins un modèle qu’une figure originale et singulière : il est un aristocrate dont le déclassement s’explique par le contexte de la révolution et l’exil. Par le jeu de l’autofiction, Chateaubriand invente un personnage mythique dont la désespérance invente est loin d’être exemplaire : sentiment de perte et d’abandon, absence de vocation, obsession de la mort. *AGF 3 rif 3