Analyse des filières

Analyse des filières

3 – Organisation d’une étude de filière de produits agricoles – La délimitation de la filière étudiée 3. 1 3. 2 – La collecte de l’information 3. 3 – L’analyse de l’information 3. 4- La formulation d’un diagnostic 3. 5 • Recommandations 3. 1 – La délimitation de la filière étudiée 3. 1. 1 – L’ampleur de agricoles retenus 3. 1. – L’ampleur rete e Cette phase consiste or29 ion des produits s produits à étudier (matière première ou produits finis), d limiter sur le plan vertical (hauteur), horizontal (largeur) et en volume (épaisseur) l’étendue de la filière et à préciser les espaces géographique et emporel sur lesquels la filière va être décrite4. Le principe de la filière veut qu’il y ait une progression verticale d’un produit.

Cependant, une analyse horizontale doit souvent être envisagée pour étudier l’environnement et le rôle de tous les intervenants sur une action précise, c’est-à-dire ceux qui ont une action directe (comme les producteurs, les commerçants, les transformateurs, etc. ), et ceux qui ont une action plus éloignée (banques, ONG, projet, ministères, etc. ). D’autre part, le degré de précision et/ou de profondeur dans l’information btenue à chaque stade de la filière permet de délimiter son

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
«épaisseur» (étude approfondie de la manière de travailler des commerçants avec description des autres activités qu’il assure, 3. . 1 – L’ampleur de la filière globale en fonction des produits Il y a plusieurs types de matières premières produites- commercialisées-consommées. Tout d’abord, les deux grands types habituellement retenus sont les produits de rente (exportés) et les produits vivriers (en général consommés dans le village et plus largement dans le pays). Aces deux catégories, l faut ajouter une autre classification: les produits bruts, semi- transformés et transformés. Cependant, tout produit sera transformé avant de finir chez le consommateur final.

Lorsqu’on se lance dans une étude de filière, il est important d’avoir une vision claire de ces cinq catégories pour bien maitriser la hauteur totale (ou longueur) de la filière (productionAconsommation finale). Il est bien évident que la filière d’un produit vivrier brut ou semi-transformé comme le mil ou le sorgho sera particulièrement courte puisqu’il n’y aura pas de transformation industrielle du produit et que celui-ci era consommé localement (villages, villes et capitale du pays).

Par contre, une étude de la filière du coton sera beaucoup plus longue car il y aura plusieurs niveaux de transformation (égrenage, filature, tissage, teinture, confection pour la fibre plus broyage et raffinage pour la graine), la vente sur les marchés internationaux et un consommateur final beaucoup plus disparate et exigeant que le consommateur de mil. 3. 1. – L’ampleur retenue de la filière L’ampleur de la filière étudiée sera déterminée: tout d’abord par les questions auxquelles l’expert doit apporter es réponses grâce à l’analyse de filière. En général, à l’origine de chaque étude, il y a des termes de référence qui permettent de OF filière. En général, à l’origine de chaque étude, il y a des termes de référence qui permettent de cadrer les recherches de l’étude.

Ces termes de référence sont très importants pour délimiter le niveau de la filière à étudier; par le type de produit retenu. Si l’on prend l’exemple des filières des produits entrant dans l’approvisionnement des villes en produits alimentaires, on va trouver des produits bruts, semi- transformés et transformés. Chacun de ces produits aura une filière plus ou moins longue selon son stade de transformation. Tout cela doit être perçu avant de démarrer l’étude de filière. 3. 2. 1 – L’information bibliographique 3. . 2 – L’information sur le terrain Une étude de filière doit se faire à partir d’une information précise et détaillée pour chaque stade de la filière considérée. Cette information peut venir de différentes sources dont les deux principales sont: l’information bibliographique et l’information obtenue sur le terrain. Selon le produit et l’ampleur retenue de la filière, l’expert n charge de l’étude doit déterminer les organismes ou les entreprises auprès desquels il trouvera des documents qui lui seront utiles.

Pour le cas d’un produit agricole, il y a quatre sources principales d’informations bibliographiques: le secteur public avec entre autres: les Ministères concernés (agriculture, commerce, plan, finance) qui ont tous des statistiques, des documents portant sur la réglementation des activités qui les concernent, des études sectorielles ou par activités, etc. ; il y a aussi les centres de recherches, les entreprises publiques, les chambres d’agricult 3 OF aussi les centres de recherches, les entreprises publiques, les chambres d’agriculture et de commerce, etc. le secteur privé qui, pour certains produits, a des entreprises suffisamment bien équipées en études diverses sur le produit étudié (CMDT ou Huicoma au Mali, Palmindustrie et CIDT en Côte d’Ivoire, Sofitex au Burkina Faso, etc. ). Les associations professionnelles sont également à prospecter. Il y a en plus tout un ensemble de sociétés qui interviennent comme sociétés de sen,’ice, tels que les transitaires, les banques, les transporteurs, les bailleurs de fonds qui tous plus ou moins ont eu ou nt encore des projets concernant le produit étudié.

Ces projets ont généré un certain nombre de rapports (faisabilité, missions d’exécution) dans lesquels on peut trouver beaucoup d’informations,’ les ONG qui, comme les bailleurs de fonds, ont travaillé sur le produit étudié et qui possèdent le même type de rapport Tableau 1: Coût du transport de la pomme de terre Sikasso/ Abidjan (septembre 1995) Éléments de coûts Prix global Prix ramené à l’unité, FCFA % Ramené au prix vente de 40 tonnes à 150 FCFA/kg 6. 000. 000 1 50 /kg Frais d’acheminement au Mali 373. 250 9,33 ‘kg cation camion de 30 tonnes 300. 000 ‘sac phytosanitaires 2. 00 – Convoyage Pogo/Abidjan 95. 000 2,37 ‘kg Total frais d’acheminement 920. 750 23 ‘kg Prix de revient Abidjan 6. 920. 750 173 /kg Marge brute négociant 3. 079. 250 77 ‘kg PrlX de vente Abidjan 10. 000. 000 250 /kg IOO% Source: Filière Fruits et Légumes au Mali – Noëlle Terpend – AGSM- FAO- 1995 Cette recherche documentaire est souvent menée de pair avec la recherche sur le terrain: lorsqu’un rendez-vous est pris chez un de ces fournisseurs d’information, l’expert obtiendra à la fois des renseignements de vive voix grâce à une interview des esponsables et la documentation écrite qui existe sur ce sujet. . 2. 2. 1 – L’interview 3. 2. 2. 2 – La visite de terrai PAGF s OF Côte d’Ivoire (1984/85) Stade de commercialisation Prix à la tonne Détaillés Globaux Prix au producteur 190. 000 – Frais de ramassage 13. 042 Manutention et entreposage 1 . 095 – Rémunération 1 . 375 – Transport cerises – Sacherie 1 . 020 Total 1 1 6. 532 Valeur cerises entrée usine 206. 532 Equivalent café vert (53%) haut pour la recherche documentaire. L’accent sera cependant mis sur le secteur privé dont les opérateurs économiques orment la base pratique de la filière; rédiger les questlonnaires.

Cette phase est très importante car ces questionnaires permettent de bien délimiter les informations à obtenir pendant la rencontre. Il semble que dans le cadre d’une étude de filière, les questions doivent rester très ouvertes de manière à capter le maximum d’informations. Si l’interviewé commence à parler d’un sujet non prévu dans le cadre du questionnaire et que celui-ci entre pleinement dans l’intérêt de l’étude, il faut savoir rapidement improviser des questions qui permettront de cerner ce nouveau sujet.

Ces questionnaires seront différents selon les types d’acteurs interviewés. Il faut donc préparer au moins un questionnaire par type d’acteur; organiser les rencontres, c’est-à-dire prendre les rendez-vous nécessaires. Dans le cadre de ces prises de rendez-vous, l’expert doit présenter son étude de manière à ce que l’interviewé sente qu’il peut lui-même trouver de l’intérêt à cette rencontre. Cette réflexion est importante surtout pour les interviews concernant les opérateurs privés de la filière.

En effet, les opérateurs économiques sont parfois lassés de toutes les informations qu’ils onnent et du temps qu’ils passent avec les experts mals qui ne leur apportent finalement aucune amélioration dans leur travail. 3. 2. 2. 2 – La visite de terrain La visite de terrain apporte une information très pratique ? l’expert chargé d’analyser un système. Il constate visuellement l’organisation et les problèmes rencontrés par l’acteur visité. Ainsi une visite sur des périmètres maraîchers permet de v 7 OF problèmes rencontrés par l’acteur visité.

Ainsi une visite sur des périmètres maraichers permet de visualiser le système d’irrigation et de voir les problèmes qu’il génère, la visite d’une sine d’égrenage du coton permet de mieux comprendre la nécessité d’un approvisionnement régulier, mais dosé, de l’usine afin d’éviter le stockage trop long et l’encombrement des machines, la visite d’un poste frontalier permet de mieux percevoir la difficulté d’avoir des statistiques fiables ? l’importation et l’exportation des produits; d’autre part, cette visite permet de rencontrer des acteurs qu’il aurait été impossible de rencontrer en-dehors de leur lieux de travail.

Des discussions impromptues peuvent ainsi être engagée avec des technlciens, des producteurs, des femmes ommerçantes ou transformatrices, etc. ; le choix des sites à visiter doit être soigneusement préparé en fonction de l’importance des acteurs à rencontrer et des systèmes à analyser. L’apport de la visite de terrain est important pour la bonne compréhension de la filière par l’ex-pert et pour son analyse ? partir de réalités constatées par lui-même. L’analyse fonctionnelle 3. 3. 1 – 3. 3. 2 – L’analyse géographique et l’analyse des flux – L’analyse commerciale 3. . 3 3. 34 – L’analyse organisationnelle – L’analyse économique et financière 3. 3. 5 3. 3. 6 – L’analyse politique L’analyse sociologique 3. 3. 7 L’analyse des informatlons obtenues doit se faire à plusieurs niveaux. Comme il a été dit dans le souschapitre 2. 2, l’étude de filière permet d’analyser plusieurs strates d’informations: les fonctions, les aspects géographiques, commerciaux, organisationnels, économiques et fi PAGF 8 OF organisationnels, économiques et financiers, politiques et sociaux.

Elle permet de mettre en évidence les synergies, les relations de coopération et/ou d’influence, les noeuds stratégiques, les lieux de pouvoir et de décision, les goulets d’étranglement et es liaisons intersectorielles, ainsi que la progression des coûts. Tout ceci doit apparaître dans l’analyse de filière, ce qui veut dire que les questionnaires et les informations recherchées doivent permettre de faire ce type d’analyse. . 3. 1 – L’analyse fonctionnelle 3. 3. 1 . 1 – La fonction et le rôle de chacun des agents de la filière 3. 3. 12 – La fonction et le rôle de chacun des circuits étudiés Le consultant doit décrire et analyser le rôle de chacun des acteurs qui entre dans la filière qu’il étudie, que ce soit des acteurs directs ou indirects et selon le degré de précision qu’il ‘est fixé pour répondre aux termes de références.

Cette description et cette analyse doivent partir de: la manière dont l’acteur décrit son rôle et son action dans la filière et l’appréciation qu’il a de sa situation au sein de celle-ci. Il est parfois important de savoir comment l’acteur visualise la filière, et sa position et son importance dans la filière; la manière dont les autres acteurs perçoivent cet acteur-là dans le cadre de leurs activités: il faut alors analyser les relations et les échanges.

Cest à partir de cet ensemble d’informations que le rôle de chaque acteur pourra être bien appréhendé. Par exemple, dans le cadre des SADA pour bien comprendre le rôle des grossistes sur les marchés, il faut PAGF OF exemple, dans le cadre des SADA, pour bien comprendre le rôle des grossistes sur les marchés, il faut non seulement avoir l’avis du grossiste lui-même, mais aussi ceux du fournisseur qui vient de l’extérieur du marché et du détaillant qui s’approvisionne auprès du grossiste.

Il est aussi important d’avoir l’avis de l’Administration et des banques. 3. 3. 1. 2 – La fonction et le rôle de chacun des circuits étudiés La filière étudiée est composée d’ensembles et de sous- nsembles (chapitre 2). Chacun d’entre eux a son rôle dans la filière et une organisation spécifique. Ce rôle et cette organisation doivent être décrits plus ou moins minutieusement en fonction des besoins de l’étude.

Dans le cadre des SADA par exemple, si l’on aborde l’ensemble « approvisionnement », il faut que chaque circuit d’approvisionnement de produits arrivant sur le marché soit décrit avec ses acteurs, ses problèmes, son importance. Lorsqu’on aborde l’ensemble «distribution», par exemple, il faut expliquer le rôle de cet ensemble dans l’approvisionnement es villes, analyser le circuit pris par les produits, les acteurs, les problèmes, le financement, etc. 3. 3. – L’analyse géographique et l’analyse des flux 3. 3. 2. 1 – La situation de la filière dans un contexte géographique 3. 3. 2. 2 – La situation de la filière dans l’organisation des flux Situer la filière étudiée dans un contexte spatial est très important car cela permet à l’expert de mieux comprendre certains avantages et certains problèmes qui en découlent. Lorsque la filière du produit est longue, il y a beaucoup de chance pour que les problèmes soient également multipliés, ai