Analyse de discours

Analyse de discours

ANALYSE DE DISCOURS Subjectivité idée de manipulation Ce qu’on reproche aux journalistes : . Manque d’objectivité -> Subjectivité ouverte = presse d’opinion . Agir de manière masquée Subjectivité cachée Les journalistes sont malhonnêtes Il ne peut pas y avoir de discours journalistiques objectifs Sni* to View l- Le Discours types de pro enjeux sociaux, histo or7 ngage et qui a des On va donc exclure la litt rature, certaines ormes poésie (un des genre qui exprime le plus une parole individuelle), les conversations quotidiennes (on dit analyse de conversation et non analyse de discours)

On va dinterroger sur le locuteur et les conditions de l’énonciation (dans quelle condition le locuteur s’exprime ? quelles sont les valeurs qu’il défend ? dans quel contexte on se trouve ? ) Mise en relation entre l’organisation du discours et les conditions d’énonciation Locuteur Celui qui prend en charge la responsabilité en dehors de son contexte Le discours est régit par des normes CAD que le journaliste se plie a des genres journalistiques existants.

Le discours exprime toujours la subjectivité d’un locuteur (locuteur individuel ou collectif) Le discours est lié à dautres discours : il n’y a pas de discours u’on peut étudier à de manière isolée. On

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
considère qu’il y a des liens entre les discours (il reprend d’autres nouvelle, d’autres critiques ou discours) On parle de dialogisme Le dialogisme : Interdiscursif : ca renvoi à l’interdiscours, ce qui est déjà dit.

C’est tout rensemble des discours reliés aux discours qu’on étudie. Interlocutif : ca renvoi à l’échange Les éléments de contexte qu’on va utiliser sont : Les normes professionnelles des journalistes La ligne éditorial L’organisation matérielle du journal Le contexte événementiel Locuteur individuel ou collectif

Même si le journaliste est locuteur individuel il est parfois co- Signe l- Enonciation collective et gestion de la polyphonie La polyphonie c’est une métaphore au départ qui marque une pluralité qul se mêle comme dans un champ polyphonique, mais ces voix vont en même temps être orchestré, il y a des voix auxquelles vont va donner plus d’importance que d’autres. 1) La pluralité des voix PAG » rif 7 réparti dans différentes rubriques et ont des spécificités. Il faut également prendre compte du statut du journaliste, ceux qui peuvent être salarié de la rédaction ou bien pigiste.

Les igistes vendent leurs artlcles, ils peuvent être occasionnels ou régulier Il y a également les journalistes qui appartiennent aux agences de presse et qui rédigent des dépêches (la voix des agences de presse) Tous les journalistes dont les propos sont rapportés par des journalistes D discours direct et indirect Il y a également des voix extérieurs à la profession journalistique avec les tribunes, mais les tribunes sont le choix de la rédaction, elles entrent dans une ligne éditoriale Ily a d’une côte l’espace rédactionnel et de l’autre l’espace publicitaire, l’un est gérer par les journalistes et la rédaction uand l’autre est gérer par les régies.

Il y a également les annonces ainsi que les rubriques de services qui peuvent être considéré comme des voix extérieures au journal, an peut également y ajouter le droit de réponse, ainsi que les publications judiciaires Ily a le publi-rédactionnel qui lui a des fins publicitaires et commerciaux Il y a également les photographes et les dessinateurs qui vont tenir un discours métaphorique (tout ce qui entoure le texte c’est le para texte) 2) Instances de régulation Tout ce qui va participer au choix, qui autorise et interdit ce qui va paraitre dans la presse. La première instance de PAGF3C,F7 au choix, qui autorise et interdit ce qui va paraitre dans la presse.

La première instance de régulation c’est la loi. II n’existe aujourd’hui plus de censure dans le sens strict du terme. Il ya deux grands dispositifs pour limiter les propos de la presse • La loi de liberté sur la presse de 1881 La loi Gayssot interdit les propos racistes La seconde instance c’est la déontologie. Entre en compte la diffamation et les injures ll- Le format Format intermédiaire : format en France, classique Format berlinois : format allemand Format tabloid : modèle anglais Petit format : celui de 20 minutes par exemple Il faut également prêter attention au nom du journal, au logo, ainsi qu’à la devise qui peut avoir une valeur symbolique.

Exemple de l’humanité avec le nouveau positionnement, journal fondé par Jaurès, alors qu’auparavant journal du parti communiste avec le marteau 0 renforcer Fidentité Premier type de une : chamboulé, désordonné, sans hiérarchie, destiné à un public très large, populaire, presse à sensation comparé à une « sismographe » (appareil qui enregistre les secousses sismiques), représente Factualité comme un grand chaos Deuxième type de Une : Une télévisuelle, Une qui tend à dominer, ui en général présente en une un sujet prédominant, analogie avec la télévision car elle met en avant un sujet qui est dominant, dans un journal il y a une suite, on choisit le sujet d’ouverture sujet qui est dominant, dans un journal il y a une suite, on choisit le sujet d’ouverture Troisième modèle de Une : « hiérarchisé une une composite, organisée, IJne qui signale généralement la presse de référence, on accorde désormais une place à la photo (impensable il y a 15 ans, les premières photos dans le monde vers les années 2000) Le déroulé : (dans l’édition papier) manière dont le journal met en cène l’information, organisation séquentielle des rubriques On parle d’hyper structure quand on a sur une page ou sur une double page, un ensemble des articles qui traitent sur le même sujet événement Ill- Genres et titres Il y a une première distinction journalistique entre : les faits (ensembles des énoncés sur lesquels tout le monde tombe d’accord) et commentaires Deuxième distinction, distinction entre journaliste debout (sortir de la rédaction forme de reportage et enquête) et journaliste assls (au sein de la rédaction qui recoupe l’information) Troisième distinction, entre les genres à énonciation objectivisée t des genres à énonciation subjectivisé Distribution des genres dans les hyper structures, distribution de l’information dans les différents articles, distribution de la subjectivité selon l’article et les genres Beaucoup d’article correspondent à une hybridation des genres Terminologie : Ensemble des termes techniques au sein dune profession Sicllima. univ. Question des genres, Titres Ensemble des termes techniques au sein dune profession Titres informatifs„ titres incitatifs Le choix des titres dépend du genre des articles IV- Désir d’objectivité et effet de réel Les faits sont différents des commentaires Le Bohec : Désir d’objectivité gouverne aussi la division entre genre.

Dimension argumentative, de manière sous jacente l’énonce nous emporte vers une opinion Objective • Respect de la vérité des faits Indépendances vis à vis des pouvoirs Impartialité Effets d’objectivité Naturalisation, effet d’évidence ou de réalité et présenter comme transparente, naturelle, comme une suite logique d’événement procédé d’authentification effet de réel Début in média res Réalisme biographique, retour en arrière Description Donner une consistance à cette forme de réalité L’effacement énonciatif, effacement des énonciateurs primaires t secondaires peuvent être effacé dans le récit. L’effacement des agents passifs, « des erreurs ont été commises », tout ce qui suggère Pimpartialité. parfols on a le cadrage imposé, on nous impose directement ou indirectement un point de vue, « si le président a commis des fautes c’est parce qu’il est mal conseillé V- Trace de subjectivité Présence même du sujet qui arle « « e n, 1- Inscriptions directes de I (pl-p4-ie-nous), mon, le (pl-p4-je-nous), mon, le mien 2- Les déictiques, « ici, maintenant, demain, hier je me situe à un moment, on voit bien que quelqu’un parle à un moment onné.

Les énoncés embrayé, on s’insère à un moment donnée dans le temps, et à l’inverse fénoncé est désembrayé, sont objectivant 3- Les verbes modalisateurs, ceux par lesquels on marque son opinion, sa position, son sentiment par rapport à la situation Modalisation/ expression des modalités Modalité du « savoir, pouvoir, vouloir, devoir » : 4 catégories d’expression des modalités Description élargie : les formes de subjectivité Adjectif affectif : sentiment, état émotlonnel, « ce comportement est affligeant » Adjectif évaluatif : évaluation sur une situation, elle peut être xiologique (jugement de valeur) « c’est une très bonne mesure jugement bien ou mal ou non-axialogique (marque l’ampleur d’un phénomène) « c’est un événement marquant » Choix des dénominations Hiérarchisation de rinfo Intervention par sélection Ethos : Ensemble des traces indirect de la présence d’un énonciateur, et ce sont des phrases qui suggère une certaine manière de faire caractère et corporalité du garant Le locuteur produit un ethos Pour le moment on ne s’est occupé que du locuteur principal Différence entre discours direct indirect libre Lire un article de recherche page 54 et 61