Aide 2 Dossier 1

Aide 2 Dossier 1

Résister, qu’est-ce donc ? Dans le langage courant, c’est le fait de supporter quelque chose. Transposé au système concentrationnaire nazi, cela peut donc être vu comme la tentative de supporter les « conditions de vie » qui leur étaient imposés en commençant déjà par survivre. Mais durant la Seconde Guerre Mondlale, la Résistance a pris aussi un autre sens. Les Résistants étaient alors ceux qui s’opposaient ? l’occupation et à la politique des nazis.

Résister, même dans les amps, c’est donc aussi s’opposer aux dessins des nazis (entre autre la négation de l’humanité des déportés) et essayer dans la mesure du possible d’entraver l’effort de guerre allemand. Il faut aussi bien avoir à l’esprit que les capacités de résistance Swp to page n’étaient pas les mê les camps d’extermin o or 3 des mêmes conditio Sni* to View Quelles formes a pris La Résistance dans le oncentratlon et dans bénéficiaient pas formes diverses et chronologiques.

Cela a souvent d but par des actions ndividuelles devant permettre tout « simplement » de survivre, avant que des formes d’entraide et des actions collectives soient mises en place. Certaines ont été spontanées, nées des circonstances, tandis que d’autres ont été organisées et réfléchies de longue date.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
La « Résistance de survie : Résister en étant humain dans un univers inhumain : c’est ce qui revient dans la plupart des témoignages.

Les camps représentent une entreprise de déshumanisation programmée, d’avilissement e l’homme, qui autorise toutes les exactions et brutalités commises par les gardiens sur les détenus. Plus généralement, les camps étant destinés à détruire les hommes, autant moralement que physiquement, tout acte contribuant à soutenir le moral et à préserver la vie était un acte de résistance parce qu’il s’opposait à la conception et à l’idée même que les nazis avaient des camps.

Primo Lévi est sans doute celui qui en a le mieux parlé : « C’est justement parce que le lager est une monstrueuse machine ? abriquer des bêtes, que nous ne devons pas devenir des bêtes ; puisque même ici il est possible de survivre, nous devons vouloir survivre, pour raconter, pour témoigner ; et pour vivre, il est important de sauver au moins l’ossature, la charpente, la forme de la civilisation. Nous sommes des esclaves, certes, privés de tout droit, en butte à toutes les humiliations, voués à une mort certaine, mais il nous reste encore une ressource et nous devons la défendre