Activite Physique Contextes Effets Sant

Activite Physique Contextes Effets Sant

Expertise collective Contextes et effets sur la santé L’exercice physique est de moins en moins intégré aux activités de la vie quotidienne telles que le travail ou les déplacements. Les conséquences sanitaires de cette évolution des modes de vie vers une plus grande sédentarisation inquiètent les pouvoirs publics. Même si de plus en plus de personnes s’adonnent aux activités physiques ou sportives pendant leurs loisirs, la majorité de la population n’atteint pas le niveau d’activité physique hebdomadaire requis pour un effet bénéfique sur la santé. ? la demande du min Vie associative, l’Inse d’experts afin de réal collective, une analys cr ar 1297 s Sports et de la ridisciplinaire d’expertise iduels et collectifs susceptibles de favoriser l’activit physique, une évaluation des effets de l’activité physique sur la santé, ainsi que l’analyse des contextes sociaux et environnementaux dans lesquels se sont développées les activités physiques et sportives au cours de l’histoire récente. ? l’issue de la synthèse des données, le groupe d’experts propose de promouvolr ractivlté physique pour tous en insistant sur ses bienfaits pour la santé et de développer ‘activité physique chez renfant et l’adolescent sous des formes ludiques intégrées au temps scolaire. Il souligne la nécessité d’adapter les recommandations d’exercice

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
physique pour les patients atteints de pathologie chronique en fonction de leur état de santé.

La réalisation de ces recommandations ne peut se faire qu’avec l’aménagement de l’environnement (transports actifs, activités l’école, activités sur les lieux de travail… ). Des recherches sont cependant encore nécessaires pour mieux comprendre les mécanismes physiologiques en jeu dans les ffets de l’activité physique sur la santé et pour optimiser son action préventive. Il est important également de prévoir l’évaluation des actions de promotion entreprises à l’échelle nationale.

ISBN 978-2-85598-862-4 ISSN 978-2-85598-863-2 prix : 60 Activité physique Contextes et effets sur la santé Activité physique ! CTIVITIPHYSIQUE #ONTEXTESETEFFETS SURLASANTL PAGF 7 OF : (ÉPATITE# 4RANSMlSSIONNOSOCOMIALE OTATDESANTE ETDEVENIRDESPERSONNESATTEINTES : 3ANTEDESEN FANTSETDESADOLESCENTS PROPOSITIONS POURLAPRESERVER %XPERTISEOPLRATIONNELLE :4ABAGlSME ORISEENCHARGECHEZLESETUDIAN S « BAC #OMPRENDRELADEPENDANCEPOURAGIR : OSYCHOTHERAPIE 4ROISAPPROCHESEVALUEES :$EICIENCESETHANDICAPSD ORIGINEPERINATALE $EPISTAGEETPRISEENCHARGE : 4UBERCULOSE OLACEDELAVACCINATION DANSLAMALADIE PUICIDE !

UTOPSIEPSYCHOLOGIQUE OUTILDERECHERCHE ENPREVENTION : #ANCER ! PPROCHEMETHODOLOGIQUEDULI EN AVECL ENVIRONNEMENT :4ROUBLEDESCONDUITESCHEZL ENFANT ETL ADOLESCENT ORONOSTICS(LONGTERME : OTHERSDEGLYCOL . OUVELLESDON NEES TOXICOLOGIQUES :$EICITSAUDITIFS 2ECHERCHESEMERGENTES ETAPPLICA IONSCHEZL ENFANT 2/3ESlTE « ILANETEVALUA PAGF MMES OUDU#ENTREFRANhAISD EXPLOITATIONDUDROITDECOPIE RUEDESRANDS !

UGUSTINS OARIS *OUVERTURE CONCEPTIONGRAPHIQUEI&RIDIRIQUE+OULIKOFF UESEDITIONS)NSERM SURLASANTE %XPERTISECOLLECTIVE RUEDE40L31AC OARIS Ce document présente les travaux du groupe d’experts réunis par l’Inserm dans le cadre de la procédure d’expertise collective (annexe), pour répondre ? la demande du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associativea concernant l’activité physique, ses contextes et ses effets sur la santé. Ce travail s’appuie sur les données scientifiques disponibles en date du second semestre 2007. Près de 2 000 articles ont constitué la base ocumentaire de cette expertise.

Le Centre d’expertise collective de l’Inserm a assuré la coordination de cette expertise collective. a. Désignation en vigueur jusqu’au mois de juin 2007. Groupe d’experts et aut PAGFd OF CAL ÈDE, CNRS LIMR 8598, Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique, Maison des sciences de Ihomme, Paris Jean-Marie CASILLAS, Inserm U 887, Motricité et plasticité, Pôle de rééducation et réadaptation, CHU, Dijon Marie CHOQUET, Inserm IJ 669, Troubles du comportement alimentaire et santé mentale des adolescents, Maison des adolescents, Hôpital

Cochin, Paris Charles COHEN-SALMON, Inserm IJ 676, Physiopathologie, conséquences fonctionnelles et neuroprotection des atteintes du cerveau en développement, Hôpital Robert Debré, paris Daniel COURTEIX, Laboratoire de biologie de l’activité physique et sportive, EA 3533, université Blaise pascal, UFR STAPS, Clermont-Ferrand II Martine DUCLOS, Service de médecine du sport et des explorations fonctionnelles, CHU Gabriel Montpied, Centre de recherche en nutrition humaine (CRNH-Auvergne), INRA IJMR 1019, université Clermont I, ClermontFerrand ascale DUCHÉ, Laboratoire de biologie de l’activité physique et EA 3533, Université Blaise Pascal, UFR STAPS, Clermont-Ferrand Il Charles-Yannick GUEZENNEC, Pôle départemental de médecine du sport de l’Essonne, Centre national du rugby, Marcoussis Patrick MIGNON, Laboratoire de sociologie du sport, Institut national du sport et de réducation physique (INSEP), Paris Jean-Michel OPPERT, Inserm IJ 557, Épidémiologie nutritionnelle, Centre de recherche en nutrition humaine Île-de-France ; Service de nutrition, Hôpital Pitié-Salpêtrière (AP-HP), Paris Université Pierre et Marie Curie,

Paris PAGF s OF ROCHCONGAR, Unité de biologie et médecine du sport, CHU de Rennes, Rennes Anne VUILLEMIN, École de santé publique, Faculté de médecine, université Henri Poincaré, Nancy l, Vandoeuvre lès Nancy VII Ont présenté une communication François DUFOREZ, Damien LEGER, Centre du sommeil et de la vigilance, Hôtel-Dieu, Paris Brian MARTIN, Office fédéral du sport, Haute école fédérale, Macolin, Suisse Francesca RACIOPPI, Organisation mondiale de la santé (OMS), Rome, Italie Angélo TREMBLAY et Jean-Philippe CHAPUT, Service de médecine sociale et réventive, Université de Laval, Québec Wanda WENDEL-VOS, Centre de prévention santé, Institut national santé et environnement, Bilthoven, Pays-Bas Ont fait une relecture critique Martine BUNGENER, Cermes (Centre de recherche médecine, science, santé et société), CNRS UMR 8169 – Inserm IJ 750, EHESS, université Paris-XI, Villejuif Didier MAINARD, Physiopathologie et pharmacologie articulaires, I_JMR CNRS 7561, Service de chirurgie orthopédique, Hôpital central, Nancy Coordination scientifique, éditoriale bibliographique et logistique PAGF 6 OF Xavier-Bichat, Paris

Anne-Laure PELLIER, attachée scientifique, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, paris Chantal RONDET-GRELLIER, documentaliste, Centre d’expertise l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris V Ill Sommaire Avant-propos XI Analyse I Contextes de l’activité physique et sportive en France . 1 . Jalons historiques des pratiques physiques et sportives . 2. Fondements des politiques du sport… 3. Évolution des pratiques physiques et sportives… 4. Contextes sociaux et motivations 5. Facteurs déterminants de 6. Stratégies de promotion de l’activité physique — — 7 37 59 99 Fonction endothéliale et régulation rhéologique .

Système immunitaire Fonctions cérebrales et système nerveux Facteurs génétiques de la réponse à l’entraînement — 213 241 281 313 323 337 IV Activité physique et pathologies . 349 16. 17. 18. 19. 351 409 433 447 Maladies cardiovasculaires… Cancer… Maladies Obésité 20. Traumatismes et handicaps PAGF 8 OF 567 575 611 633 Synthèse et recommandations 651 Communications 753 Promotion de l’activité physique en Europe : définir des stratégies intégrées Promotion de l’activité physique dans la vie quotidienne : une opportunité pour le secteur des transports… promotion de l’activité physique aux Pays-Bas : coût-efficacité des programmes dintervention Promotion de l’activité physique au Québec : lutte contre l’obésité dans un contexte de mondialisation . Effets de ractivité physique sur le sommeil . 755 769 779 783 maladies cardiovasculaires, sont souvent mis en relation avec ce phénomène. Cette réalité interpelle les pouvoirs publics et les professionnels des champs sanitaire et sportif qui s’interrogent sur leur capacité à agir sur les abitudes de vie, le bien-être et la santé de la population par différentes stratégies de promotion de l’activité physique. « Bouger » est ainsi devenu un nouvel enjeu de santé publique. S’il est communément admis que l’activité physique régulière est bonne pour la santé, notamment pour prévenir ou contribuer au traitement de certaines maladies chroniques, la relation entre activité physique ou sportive et santé est beaucoup plus complexe qu’il ny paraît.

Cette relation dépend en effet de nombreux paramètres individuels tels que l’âge, le genre, l’état de santé, les éterminants psychosociologiques mais également des caractéristiques de l’activité elle-même, son volume et sa fréquence au cours de la Le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associativeb a so Ilicité l’Inserm pour la réalisation d’une expertise collective, à partir des connaissances scientifiques et médicales, concernant les effets sur la santé de l’activité physique et sportive en termes de bénéfices et de risques. Le dopage qui constitue un domaine d’investigation en tant que tel est exclu du cadre de l’expertise. L’Inserm a réuni un grou 10 ire d’experts compétents