acropole

acropole

L’Acropole dAthènes Parthenon Erechteion Statue d’Athéna Promachos propylées Pinacothèque Temple d’Athéna Nikê Le mot « Acropole » s- acropoles dans toute la Grèce. Elles et ont souvent servi de lieu de refuge et d d’Athènes est la plus or20 xiste de nombreuses sur un endroit élevé, ers ennemis. Celle connue de toutes, et est donc souvent dénommée «l’Acropole». Pour se faire une idée exacte de ce qu’étaient les sites antiques, il faut en imaginer les couleurs. En effet, tous les monuments étaient peints dans des couleurs vives que le temps n’a pas conservées.

Mythologie: Le fondateur d’Athènes et de la civilisation grecque ?tait, selon la mythologie, le roi Cécrops. Il est né de la terre et était mi-homme mi-serpent. Il a enseigné au peuple de nombreux métiers, ainsi que les coutumes funéraires, et a décidé qu’un dieu devrait protéger la ville. Il y avait deux candidats : la déesse Athéna et le dieu Poséidon. moins depuis le 7ème millénaire avant J-C. Au cours de la civilisation mycénienne, des murs ont été construits autour de PAcropole et il a été prouvé qu’il y a aussi eu un palais mycemen.

Au VIème siècle avant J-C, l’Acropole a tout à fait changé de rôle. Ce n’était plus un

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
palais, mais un sanctuaire. Chaque année, une énorme procession avait lieu sur l’Acropole, et la statue en bois d’Athéna était habillée et menée en procession. Les jeux panathéniens ont également été très importants. Les jeux incluaient à la fois des compétitions sportives et musicales, et le gagnant recevait une amphore pleine d’huile d’olive (l’olivier étant l’arbre sacré d’Athéna).

Pendant les guerres médiques (contre les Perses) du Vème siècle, les Athéniens ont commencé à construire le Parthénon, mais les Perses ont brûlé l’Acropole. L’Acropole de Périclès Entouré d’artistes, Périclès conçut le projet de réaménager ‘Acropole selon un plan d’ensemble. Pour financer ce projet très coûteux, on utilisa le tribut annuel payé par les cités alliées d’Athènes ; de plus, en 454, le trésor de cette ligue fut transféré de Délos sur l’Acropole. Les travaux purent donc commencer vers 450, avec Phidias pour maître d’œuvre.

Celui-ci commandait à toute une foule de maçons, d’architectes, de peintres et de sculpteurs. La construction se poursuit, la guerre du Péloponnèse (431-404 ava sant que suspendre les OF conquis la Grèce au IIème siècle avant J-C, de nombreux sanctuaires ont été pillés. Statues et autres œuvres d’art ont été prises d’Olympie et Delphes et emmenées à Rome, mais l’Acropole a été laissée à peu près intacte. Certains empereurs y ont cependant fait quelques ajouts. Au cours du Moyen Age, plusieurs des temples de IAcropole ont été convertis en églises chrétiennes.

Un des faits très caractéristiques est que le Parthénon, qui avait été un temple dédié à la déesse vierge Athéna, est alors devenue une église dédiée ? la sainte vierge Marie. Quand les Turcs sont venus vers la fin du 16ème siècle, ils ont transformé le Parthénon en mosquée. Jusqu’au 17ème siècle, le temple a été relativement épargné, mais en 1687, les Vénitiens ont bombardé l’Acropole, et un projectile a frappé le Parthénon, que les Turcs utilisaient pour stocker la poudre. Le temple a explosé et c’est pourquoi il n’a pas de toit aujourd’hui.

Au début du 19ème siècle, l’Anglais Lord Elgin a été invité par le sultan à prendre avec lui divers objets de l’Acropole. Il a alors pris de nombreux marbres, qui jusqu’? aujourd’hui sont au British Museum, malgré les tentatives grecques pour les recuperer. Malgré tout ce que l’Acropole a traversé, c’est vraiment la ollution de l’Athènes moderne qui est son pire ennemi. Le problème est connu depuis plusieurs décennies ion n’a encore été maintenant, mais aucune (vieux Parthénon), construit à partir de 490 avant Jésus-Christ, sera détruit par les Perses dix années plus tard.

Le nouveau temple d’Athéna parthénos, qui repose sur les fondations de l’ancien, construit en marbre du Pentélique (montagne près d’Athènes) sera érigé ? partir de 447 avant Jésus-Christ. Dessiné par les architectes Ictinos et Callicratès, il sera achevé en 432 avant Jésus-Christ. Phidias, ami de Périclès, exécutera le décor culpté et supervisera la construction de l’édifice en marbre. La colonnade extérieure (péristasis) compte 8 x 17 colonnes, soit un total de 46 colonnes qui entourent l’ensemble du temple sur ses quatre côtés (temple periptère).

Le Parthénon sera le premier temple doté d’un large sécos (partie intérieure du temple) de trente mètres de long. La colonnade intérieure (6 colonnes) se situe uniquement sur les deux côtés les plus courts (Amphiprostyle). Le sanctuaire (naos) abrite une statue chryséléphantine (or et ivoire) d’Athéna de douze mètres de hauteur sculptée par Phidias. Elle était précédée d’un bassin permettant de maintenir un degré d’humidité suffisant à la bonne conservation de l’ivoire et était entourée, sur trois cotés, d’une colonnade surmontée d’une deuxième colonnade.

La salle du trésor, protégée par un mur transversal et dotée de quatre colonnes ioniques, occupait la partie occidentale du temple. Des frises sculptées ornaient rensemhle des parties pleines de l’édifice. (rectangles sculptés) représentant : – à l’est : la Gigantomachie, le combat des dieux et des Géants – à l’ouest : une Amazonomachie : le combat des Grecs contre les Amazones – au sud : des combats contre les Centaures au nord : des scènes de la guerre de Troie. Cette frise, encore très partiellement en place, est pour l’essentiel exposée au British Museum, et, dans une moindre mesure, au Musée du Louvre.

Le fronton oriental (entrée) était orné de l’épisode de la naissance d’Athéna, sortant de la tête de Zeus, et le fronton occidental (arrière du Parthénon) celui de la dispute de Poséidon et d’Athéna. La frise intérieure de 160 mètres de long, également sculptée par Phidias, représentait la procession des Panathénées. (voir paragraphe ci-dessous onsacre aux Panathénées) Ergastines : les jeunes filles et jeunes femmes des grandes familles athéniennes qui tissaient le péplos.

Les Propylées Le gros œuvre du Parthénon étant achevé dès 438, le deuxième chantier du programme de Périclès put commencer. L’architecte Mnésiclès se vit chargé de la construction des propylées, entrée monumentale de l’Acropole. Construits en marbre du Pentélique, les Propylées forment une entrée composée d’un corps central et de deux ailes en retour. PAGF s OF sommet d’une haute tour (pyrgos), ce temple signale l’entrée de l’Acropole. Le temple, de style onique, se compose d’une seule chambre qui abritait la statue du culte en bois (xoanon).

Ce temple est également appelé temple de la victoire aptère (sans ailes, puisque la statue n’était pas représentée avec des ailes contrairement à la statue d’origine détruite par les perses). En face du temple d’Athéna Nikè, de l’autre côté des propylées, se trouve l’édifice destiné à abriter les tableaux de maitres, la Pinacothèque. L’Érechthéion Élevé en l’honneur d’Érechthée, roi légendaire d’Athènes, l’Érechthéion était le lieu de culte essentiel de l’Acropole depuis ses origines ; intimement ié à la fondation et ? la pérennité de la Cité, il le restera toujours.

De ce fait, c’est un assemblage complexe de plusieurs sanctuaires. Le bâtiment, de sry’le ionique, reproduit à peu près le dispositif intérieur du vieux temple d’époque archaïque, auquel se trouvent ajoutés deux éléments annexes, le portique nord et le portique des Caryatides au sud. Le portique des Caryatides Ce portique constitue le motif le plus original de l’Érechthéion. Six statues de jeunes filles servent de support. Droites, vêtues de longues tuniques ioniennes, elles portent en guise de coiffure un ch ire.

Ce portique servait PAGF OF l’Érechthéion à la terrasse de l’Acropole. A l’extrémité Est de l’Acropole, sur sa partie la plus haute, on a retrouvé les vestges d’un temple dédié à Zeus, ainsi qu’un temple circulaire construit par les romains, dédié à Rome et Auguste. Les statues d’Athéna La première des grandes statues colossales de Phidias, de 9 mètres de haut, lance au bras, damnait l’acropole, Athènes et le port du Pirée par lequel les étrangers venus par la mer entraient dans la capitale attique.

Statue d’Athéna Parthenos chryséléphantine Le Parthénon abritait la statue d’Athéna Parthénos (Athéna jeune ille). Celle-ci mesurait 16 mètres, et était anamorphosée (la tête était proportionnellement plus grande que les pieds). Athéna Parthénos (en grec : napeÉvoç A3nvâ) était une sculpture chryséléphantine (faite d’or et d’ivoire) faite par Phidias. un certain nombre de répliques et d’œuvres s’inspirent de l’original. La divinité en arme tenait une Victoire dans sa main droite.

Athéna est la déesse protectrice d’Athènes et la statue réalisée en son honneur est considérée comme l’un des plus grandes réalisations de Phidias. Phidias a commencé son travail autour de 447 av. .-C. La statue a été endommagée par un incendie vers PAGF 7 OF supposée être tombée du ciel. La statue d’Athéna en bois se situait dans le temple d’Athéna Nikê et était honorée lors des panathénées. A Athènes, l’année officielle débute en juillet au mois d’Hécatombéon.

Tout à la fin de ce mois, c’est la grande fête nationale d’Athéna, patronne de la cité, les Panathénées. La fête annuelle dure 3 jours, mais tous les 4 ans, elle est célébrée avec encore plus de fastes et dure au moins 6 jours (Grandes Panathénées). Les festivités commencent par des concours musicaux. Les concours gymniques uivent, ils comportent notamment des courses aux flambeaux et de chars ainsi que des épreuves de lutte… Les athlètes reçoivent de l’huile des oliviers sacrés d’Athéna dans des amphores dites  » panathé[email protected] l’.

Leur décor comporte, d’un côté, Athéna et de l’autre, la représentation du concours (par exemple la course à pied) auquel le prix a été remporté. puis, le dernier jour au lever du soleil a lieu la grande procession qui, partant du quartier du Céramique, suit la voie sacrée, traverse l’Agora d’Athènes pour porter solennellement sur l’Acropole le péplos brodé chaque année par es jeunes filles choisies, et destiné à habiller la vieille statue en bois d’Athéna. Tous les corps de la cité, forment un long cortège soigneusement ordonné.

Les magistrats, accompagnés par les représentants des autres cités et les prêtres sacrificateurs avec leurs animaux ouvrent la marche, suivent les jeunes filles avec le PAGF 8 OF femmes et les enfants des citoyens et, enfin fermant la procession, les jeunes citoyens ? cheval. une fois sur l’Acropole, devant le petit temple dAthéna on sacrifiait d’abord 4 bœufs et 4 moutons, puis, sur le grand autel situé devant le Parthénon, on égorgeait autant e vaches qu’il en fallait pour nourrir la ville entière, et c’est sans doute cette hécatombe qui donna au mois son nom nouveau d’Hécatombéon.

Les festivités se referment donc sur un immense repas en commun avec les anlmaux sacrifiés. Odéon d’Hérode Atticus Ce théâtre fut construit en 161 avant J. C. , commandé par un riche grec d’origine romaine, en mémoire de sa femme Regilla, morte en 162. Il a un style très romain et pouvait contenir 5000 spectateurs. Théâtre de Dionysos Le théâtre de Dionysos est un des premiers théâtres de la Grèce antique, considéré comme le berceau du théâtre grec antique et de la tragédie. Il est situé sur le versant sud de l’acropole d’Athènes.

Il doit son nom à Dionysos, dieu du vin. Les grandes fêtes des Dionysies s’y tenaient chaque année en son honneur. Il s’agissait initialement de chants rituels, de danses et de sacrifices rituels, qui se sont transformés peu à peu en œuvres théâtrales. C’est l? que furent créées les célèbres tragédies classiques d’Eschyle, Sophocle et Euripide. Le théâtre remonte au Ve siè début, il comportait iuste construits des gradins en bois. La construction en pierre que l’on peut admirer aujourd’hui fut aménagée au IVème siècle avant J. C.

VOIr article sur Epidaure et le théâtre) La cavea (mot romain pour désigner l’ensemble des gradins en pierre) est adossée ? la paroi rocheuse de l’Acropole, idéale pour l’acoustique. Le théâtre pouvait contenir 17000 spectateurs (12000 à Epidaure). Au 1er siècle après J. C. , sous le règne de Néron, est réalisée la frise du proskenion (mur de scène) dont les sculptures évoquent le mythe de Dionysos. Au milieu de la scène, se trouve l’autel consacré ? Dionysos, autour duquel se répartissait le chœur. Au premier rang des gradins, un peu plus haut que les autres, on peut voir le siège du grand prêtre de Dionysos.

Les répétitions avaient lieu dans POdéon de Périclès, situé ? gauche du théâtre. Les sanctuaires d’Asclépios On a retrouvé, entre l’odéon d’Hérode Atticus et le théâtre de Dionysos, les ruines de deux sanctuaires dédiés à Asclépios. Au pied de la paroi rocheuse on peut vair les restes d’une galerie, un portique : le portique d’Eumène. Cest ? l’abri de ce portique que dormaient les malades qui attendaient le rêve par lequel Apollon leur indiquerait le moyen de guérir. Attenant au portique, un petit édifice circulaire contenait la source sacrée destinée à la purification des malades. Sur les lieux du