5385a8478ed6c

5385a8478ed6c

SOMMAIRE Rapport de stage Page 1 l. REMERCIEMENTS je tiens à remercier dans un premier temps, toute l’équipe pédagogique de la FDEG et les intervenants professionnels responsables de la formation en Sciences-Economiques, pour avoir assuré la partie théorique de celle_ci. Je souhaite égaleme e or 29 personnes suivantes, pour l’exp qu’elles m’ont Sni* to View lièrement les pleine d’intérêt permis de vivre durant ce mois de stage au sein de l’entreprise M16• Monsieur Francis HOTEIT, Directeur des Opérations, pour son accueil et la confiance qu’il m’a accordés dès mon arrivée dans l’entreprise.

Monsieur Sylvain POIJLLIN, Directeur Associé et gérant de l’entreprise MIE, mon tuteur, pour m’avoir intégré rapidement au sein du groupe et m’avoir accordé toute sa confiance; pour le temps qu’il consacré tout au long de cette période, sachant répondre ? toutes mes questions nonobstant son emploi du temps très chargé; et enfin pour sa découverte du milieu professionnel et l’application pratique des connaissances théoriques acquises au cours de la Ce stage devant avoir lieu dès décembre 2009, j’ai envoyé des curriculum vitae et des lettres de motivation dès le mois de septembre.

Je me uis principalement adressé aux banques, sociétés d’assurance, cabinets d’expertise comptable, différents secteurs de la grande distribution ainsi

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
qu’? une société d’informatique. J’ai obtenu une réponse positive de M16-France, entreprise spécialisée dans le domaine de l’informatique décisionnelle, vers laquelle je me suis orienté, car cela représentait une opportunité de perfectionner mes connaissances en informatique. Enfin j’ai constaté une parfaite corrélation entre les tâches qui m’ont été assignées et les cours suivis en informatique.

Le stage s’est déroulé du 4 Janvier au 29 Janvier 2010. Les tâches effectuées se sont révélées être variées et très intéressantes. De plus, j’ai pu approcher de près le monde de l’entreprise et observer son fonctionnement. La suite de ce rapport s’articule selon le schéma suivant : Dans un premier temps je présenterai l’entreprise. Elle sera abordée plus succinctement à travers une présentation du groupe CGI et du nouvel ensemble que for entreprises. PAGF OF pg spécialisée dans le domaine de Pinformatique décisionnelle.

Elle fut créée il y a plus de deux ans suite au besoin du grand groupe internatlonal CGI (27000 personnes dans le monde) afin e développer une activité BI (Business intelligence). pour sa deuxième année, M16 a réalisé un chiffre d’affaire de plus d’un million d’euros et compte aujourd’hui une quinzaine de consultants. B. Activité La société M16 est historiquement portée sur le domaine des technologies de l’information. Elle s’est donc spécialisée auprès des entreprises comme un accompagnateur privilégié sur tous les axes necessa. res à la réalisation et l’évolution de leur système d’information.

Les missions de conseils et de services pour ces technologies représentent par conséquent ujourd’hui une de ses activités majeures. M16 intervient à tous les stades des projets (de l’étude préalable ? la réalisation de documents de reporting). outre l’activité de conseils, M16 assure des formations (M16 Institute) et assure la distribution de logiciels (M16 Software). page 4 C. Société CGI : Activités et résence mondiale PAGF 3 OF firmes « pure p ay », c’est-à-dire que la concurrence vient de firmes dont l’activité essentielle est d’offrir des services en Tl et en gestion des processus d’affaires.

Les concurrents qui fournissent de l’équipement ou qui sont associés à d’autres irmes, telle une firme en télécom, ne sont pas inclus. Note 2 – Cette diapositive comprend des statistiques sur les résultats du dernier trimestre. Pour télécharger la version la plus récente, rendez-vous sur le portail d’entreprise, cliquez sur l’onglet « À propos de CGI » et suivez le lien « Comment décrire CGI page 5 Selon le classement d’IAOP, CGI se situe au 10 e rang des impartiteurs des Tl et des processus d’affaires et 16e sur l’ensemble.

Pour consulter la liste complète, visiter : wvm. outsourcingprofessionaI. org/content/23/152/1858. La responsabilité des engagements est assumée ? roximité du client Page 6 Capacités d’intervention fortes et uniques d’applications et intégration de solutions – Élaborer et déployer des plans stratégiques. CGI veille aussi à la conception et à la mise en œuvre de solutions technologiques et d’affaires qui règlent les problèmes auxquels ses clients sont confrontés.

Page 8 Gestion des applications – Ses clients comptent sur ses services courants de maintenance et damélloration des applications d’affaires pour réduire leurs coûts et accélérer la réalisation de leurs projets. Gestion des infrastructures – Offrir des services complets de estion des infrastructures à de nombreux clients, en s’adaptant aux exigences et priorités de chacun. Gestion des processus d’affaires – CGI gère des processus d’arrièreguichet afin de rationaliser les façons de faire de ses clients et d’atteindre des niveaux supérieurs d’efficacité et de productivité.

CGI fournit de plus tous les types de sewices en Tl et en gestion processus d’affaires ainsi que des modalités contractuelles souples qui se moulent aux besoins et aux objectifs d’affaires de chaque client. page 9 Maintenance applicative PAGF s OF Page 14 E. Conclusion Une Une équipe équipe de e professionnels professionnels agiles, agiles, passlonnes passionnés et et hautement hautement qualifiés qualifiés Emmanuel BALSAN Ingénieur d’Affaires 20 avenue de l’Opéra 75001 PARIS Tél : +33 1 47 03 42 32 Gsm : +33 6 98 82 42 32 E-mail : emmanuel. [email protected] fr page 15 IV.

La « Business Intelligence » A PRESENTATION OF en entreprise Les résultats de l’étude européenne, intitulée « Baromètre 2006 décisionnel en entreprise » permettent de déterminer quels sont utilisateurs et les utilisations des outils décisionnels, ainsi que d’anticiper les tendances à venir de ce marché. Des utilisateurs de plus en plus matures et expérimentés Premier enseignement de cette étude, les utilisateurs des systèmes décisionnels sont matures (72% ont plus de 35 ans) et comptent, pou 68% d’entre eux, plus de 5 ans d’expérience de Pinformatique décisionnelle.

Enfin, en matière d’expertise du monde du décisionnel, 34% se qualifient d’utilisateurs avancés, 41% s’estiment experts et seulement se disent novices. Des systèmes décisionnels de plus en plus évolués L’étude vient confirmer le nombre croissant d’utilisateurs des systèmes en entreprise : 85% des répondants travaillent dans une tructure de plus de 1000 salariés. Marque de la généralisation des outils décisionnels : des réponses mentionnent le développement de plusieurs applications, et seulement évoquent la mise en place existante d’une seule application décisionnelle.

Conséquence de ce dével outils, les volumes de PAGF 7 OF quotidiennement, dont 1 5% en quasi tempsréel (moins d’une heure). Prise en considération des besoins des utilisateurs Parmi les principaux facteurs de réussite mentionnés par les répondants, 70% citent la bonne analyse préalable des besoins utilisateurs, ainsi que la qualité des données source. Yautre part, pour 41% des répondants, le succès dépend de l’adhésion des utillsateurs au projet et seuls 26% citent son coût global comme facteur clé de réussite.

Et ces facteurs clés de réussite semblent être pris en compte par décisionnaires, puisque 72% des utilisateurs se déclarent satisfaits de leur système décisionnel. Enfin, en plus de s’alimenter dans les applications opérationnelles, décisionnel renvoie également des informations vers l’opérationnel, dans 58 % des cas. A l’avenir : plus de données et d’applications La fraîcheur des données est le principal obstacle constaté ctuellement (38% des répondants), venant confirmer l’importance de la fréquence nécessaire des mises à jour.

Signe cette fois de l’importance de la capacité de stockage, les er sonnes interrogées précisent ? PAGF 8 OF décisionnel, les professionnels citent principalement les centres de profits (53% pour le marketing, 48% pour les ventes). 2. une concurrence accrue Tous les grands groupes de services commencent à développer offres de migration. Les entreprises, quel que soit leur secteur d’activité, évoluent dans un univers où la lutte, pour conquérir un marché, est devenue pour le moins, sportive.

Particulièrement en 2009 où la crise mondiale frappe brutalement tous les acteurs du marché, cette lutte est une compétition de haut niveau où seuls les plus déterminés et les plus habiles survivent. C LES OUTILS page 19 1. Les progiciels de la Business Intelligence : Les outils de la Business Intelligence, utilisés pour la plate-forme d’informatique décisionnelle, sont classés en quatre catégories correspondant chacune à une fonction spécifique : Collecter, nettoyer et consolider les données Stocker PAGF OF d’informations. Avant d’être utilisables, les données seront formatées, nettoyées onsolidées.

Les outils d’ETL (Extract Transform Load) permettent d’automatiser ces traitements et de gérer les flux de données alimentant les bases de stockage: Data warehouse ou Datamart. A noter le référentiel de Meta données (CWM) conserve une trace précise de la nature et la vie de la donnée. 2-Stocker : Le Data warehouse et le Datamart Les bases de données de production ne sont pas utilisables pour une exploitation décisionnelle. Les données brutes ne sont pas prêtes à cet usage et par ailleurs les requêtes décisionnelles sont particulièrement gourmandes en ressources machines.

Les données, au préalable nettoyées et consolidées, seront stockées dans une base spécialisée : le data warehouse ou le datamart. Le datamart est une version plus réduite du data warehouse. Le datamart est orienté sujet ou thème et peut être par exemple utilisé pour des applications de CRM (Custom Relationship Management) ou Datamining. Le data warehouse ou le datamart sont alimentés par l’outil d’ETL (Extract Transform Load). 3-Distribuer les informations : Portail décisionnel Elp Enterprise Information Portal L’écrasement de la pyramide et la multiplication des points de prise de décision modifient fon t la pestion de