300

CARRION THEO LATIN PLAN I – INTRODUCTION Il – HISTOIRE 3ème 1 Sni* to View Chronologie des vignettes et scènes Scènes ajoutées, manquantes et différentes dans le film Ill – PERSONNAGES Ressemblance personnages acteurs et costumes ou des informations du narrateur par exemple. Dans la BD, l’histoire débute avec le départ des spartiates au combat et ensuite les épreuves qu’ils vivent les ramènent en arrière avec leurs souvenirs de leur vie passée. Donc la BD raconte le combat avec des rappels de la vie de Leonidas.

Dans chaque version de 300, il y a un narrateur qui relate les faits. On le retrouve dans la BD dans les cartouches et dans le film on l’entend tout le long. Dans le film l’histoire raconté commence quand Leonidas est un jeune enfant et se termine lorsqu’ll meurt. Dans le film avant le chapitre la « victoire » Léonidas demande ? Dilios de conter leur histoire pour que personne ne l’oublie. Cette histoire ayant était racontée plusieurs fois des qui disparaissent comme une partie des scènes qui se passent à Sparte en présence de Gorgô.

Lorsque Le roi fait l’amour à sa reine, Lorsqu’elle se fat violer par Théron le conseiller, Lorsqu’elle parle à un conseiller

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
pour accéder au conseil, Quand la reine est devant le conseil. Tous ces faits sont inexistants dans la BD car Leonidas ne les a pas vécus ainsi que Dilios. Le combat que Léonidas a eu avec son père lorsqu’il était enfant, le rude apprentissage du métier de soldat, le départ de Léonidas lors de la remise du bouclier par la reine et le casque par son fils, sont des souvenirs exclusifs à Léonidas.

Et donc ses f bouclier par la reine et le casque par son fils, sont des souvenirs exclusifs à Léonidas. Et donc ses faits ne sont pas relatés par Dilios. Il y a ensuite des faits oubliés comme la décapitation d’Astinos. Scène différente : La coupure de la lance du roi à Xerxès, dans le livre, la blessure est à sa gauche et dans le film elle est sur la joue droite. Scène identique Chapitre La vignette ou l’on voit un jeune homme devant le loup aux yeux rouges et ensuite reprise dans le chapitre IV 3ème jour. C’est identique dans le film c’est dès le début qu’on le voit et il y a un rappel.

Ily a une scène manquante comme la chute de Stélios dans la BD surnommé Faiblias le reste du livre. Dans la BD Stélios est un simple soldat alors que dans le film il est le chef des armées. Ressemblance personnages/acteurs et costumes Le réalisateur a choisi ses acteurs en fonction de leur physique (dans la bd) Leonidas est très ressembl e la reine est très froide robe assez ouverte. Le réalisateur a pris des acteurs qui ressemblent aux soldats ayant un rôle important dans le film le reste des 300 sont des figurants musclés qui correspondent bien aux personnages de la BD.

Les soldats spartiates sont vêtus aussi d’un pagne et d’une grande cape rouge lors des combats, les acadiens quant à eux sont vêtus d’un pagne noir. Dans le film Les spartiates (dans le village) sont vêtus de pagnes t de toges dans les tons marron clair ou beige. (Plusieurs figurants quelconques dans le film). Les vêtements de ces personnages sont aussi fidèles que dans la BD. Sauf le conseiller Théron qui lui cependant est vêtu d’une tunique noire avec une ceinture dans la BD.

Il porte une toge beige avec une boucle au niveau de l’épaule dans le film l’acteur qui joue son rôle donne le sentiment de supériorité comme dans la BD. Pour les éphores les toges beiges sont de rigueur avec une capuche qui nous montrent que leurs pieds et un semblant de visage. Ils sont vêtus de même dans le film, Z. Snyder préfère ous montrer leurs visages très laids que leurs pieds ! Dans le livre, on voit les messagers de Xerxès habillés en dorés et turquoise pour montrés leur appartenance à ce dernier. Alors que dans le film la couleur bleue est remplacée par du métal.

On peut dire que le film a bien retranscrit les vêtements des disciples de Xerxès. Les acte PAGF métal. On peut dire que le film a bien retranscrit les vêtements des disciples de Xerxès. Les acteurs qui représentent ces différents disciples ont été castés selon leur taille, poids, couleur de peau et les ressemblances sont très réussies. Ephialtès aussi est une réussite même si au chapitre V les parures dor dont il est recouvert sont beaucoup brillantes, clinquantes dans le film sauf peut-être son couvre-chef qui reste identique.

Parlons des immortels qui portent des masques et une tenue recouverte de plaques de métal. Dans la BD une seule plaque est sur leur torse, dans le film cette plaque est en trois parties, surement pour le besoin de mouvements des acteurs. Et enfin Xerxès la beauté incarnée (un dieu !! ) avec tous ces apparats dorés, piercing, colliers, boucles d’oreilles, bracelets, ainsi qu’aux jambes, et sa toge est aussi un bijou. Il est plus beau dans le film que dans le livre.

IV – DIALOGUES Correspondance des dialogues Langage utilisé Les dialogues restent très fidèles à la BD dans leur sens mais beaucoup de mots sont remplacés par d’autres peut-être plus simples à comprendre pour le spectateur. Ily a aussi tous ces dialogues rajoutés dans le film car toutes les scènes en plus ne sont pas muettes. En contrepartie dans la BD toutes les onomatopées ne sont pas bien sûr dans le film. Quand le narrateur décrit toutes les onomatopées ne sont pas bien sûr dans le film. Quand le narrateur décrit de la tempête, il omet de nommer

Poséidon et Borée et nomme Zeus dieu plus connus surement du spectateur. ‘écrivain utilise l’expression « DANDYS A CHICHI » qui je pense n’existait pas à l’époque de la bataille de Sparte • V – CONCLUSION La BD se lit vite. Les bulles sont petites. Surement à cause de la traduction des mots sont coupés en permanence dans les bulles. Pour les dessins, certaines pages sont vides et d’autres remplies de détails qu’on a peine à regarder tellement il y a de détails, les couleurs de dessins restent monotones même le rouges n’est pas vif. (Sauf les pages des chapitres).

Ces couleurs sont bien accordées au film. Malgré les scènes rajoutées et des dialogues différents, le film reste un très bon moyen de transmettre les émotions avec les mouvements des corps et des expressions faciales et bien sur une bande sons avec des musiques qui rythment les différentes scènes et actions. La chanson du générique de fin est un rap qui convient très bien et les paroles sont extras. Ce qu’on pourrait dire c’est que la BD est la suite logique du film : on écrit un livre pour raconter une histoire. (Contée par Dilios qui l’a transmis aux générations futures. )