2

2

– L’identité culturelle 2. En contestant la suprématie occidentale, les peuples africains ont redécouvert l’enracinement de leur propre civilisation. A cet égard un retour aux sources de la culture nationale semble être le premier pas vers la libération créatrice, mais il cesserait de l’être si, au lieu d’aboutir à une vie culturelle authentique, il n’était que l’effet d’une vision passéiste de la culture.

Si les Etats africains parlent de traditions africaines plutôt que de cultures traditionnelles, c’est qu’ils ne peuvent admettre u’il y ait contradiction entre l’héritage du passé, transmis de génération en génération à, travers une histoire mouvementée, et le développement fondé sur le progrès technologique. Et Sni* to Swipe to nex: page j’estime qu’à ce nivea la tradition n’étant pa o PACE 1 or7 dans les systèmes éd ac, précédents, au besoi s’agit, en somme, de ompte du fait que te, leur insertion – er xpérience des siècles n qui les aliène. l les outres neuves de la modernité comme l’indique le doyen A. Hampaté Bâ. L’inventaire des traditions comporte des disciplines littéraires, hilosophiques, biologiques, mathématiques etc„ se traduisant partout dans les fables, les proverbes, la médecine populaire. Il ne faut pas prétendre les trouver sous des formes codifiées parlantes,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
le caractère parfois ésotérique et empirique, qui les enveloppe, empêchant leur développement systématique. our faire la lumière sur ces conceptions traditionnelles il y a le besoin de la connaissance profon profonde de la tradition orale qui assure la parfaite connaissance du répertoire culturel et explique le monde, l’histoire, ‘organisation sociale, les techniques, les relations humaines et les rapports avec les voisins. Enseignement sur le passé et aussi sur le présent, la symbolique directe enrichit à chaque génération la mémoire sociale qui n’est jamais coupé du monde fabuleux de l’imaginaire. Dans le contexte de la maîtrise de la tradition orale, l’importance des langues africaines est utile.

Ceux qui, autrefois, avaient tendance à négliger les langues parlées en Afrique, reconnaissent aujourd’hui le rôle irremplaçable qu’elles jouent n tant que source, support et véhicule de la pensée et des cultures afrlcaines. Dans un premier temps, on a réhabilité les langues africaines en prouvant leur aptitude à exprimer la pensée abstraite, aptitude que des esprits trop intéressés et généralement ignorants voulaient leur renier ; il s’agit maintenant de faciliter à travers elles l’accès du plus grand nombre au savoir le plus moderne.

La problématique de l’insertion des traditions africaines dans les systèmes d’éducation moderne implique nécessairement ‘affirmation d’une identité culturelle nationale qui passe par la désaliénation résolument voulue des modes de penser et d’agir étrangers à la réalité africaine et l’absence d’une forme dextraversion qui caractérise encore trop souvent certains comportements.

Et dans ce contexte, l’enracinement dans les valeurs authentiquement africaines suppose la reprise en compte des langues africaines qui devra s’opérer par le biais de leur étude scientifique et objective et de leur insertion dans les systèmes éducatifs, PAG » rif 7