1984 George Orwell

1984 George Orwell

Juliette Bougartchev IL 1984, George Orwell (1949) or 15 Sni* to View Les principales cara de 1984 de George Orwell,Folio Gallimard e a travers l’étude 1 )Rédigez une biographie de G. OrweIl en insistant sur les aspects de son itinéraire personnel et intellectuel qui permettent d’éclairer son œuvre. Remplacer 1984 dans l’œuvre complete d’Orwell 2)Faites un résumé du livre 3)ldentifiez, en vous inspirant des textes de ci-joints les principales caractéristiques d’un régime totalitaire.

Quelles sont les différences avec un régime autoritaire ? Montrez comment les principales caractéristiques du totalitarisme sont illustrées dans le ivre Guerre mondiale : La Ferme des animaux et surtout 1984, roman dans lequel il crée le concept de Big Brother, depuis passé dans le langage courant de la critique des techniques modernes de surveillance. L’adjectif « orwellien » est également fréquemment utilisé en référence à l’univers totalitaire imaginé par l’écrivain anglais.

Il est le fils de Richard Walmesley Blair, un fonctionnaire de l’administration des Indes chargé de la Régie de l’opium et d’Ida Mabel Blair. Il a deux sœurs, Marjorie et Avril. Le jeune Eric Blair était pensionnaire de la preparatory school de St Cyprien. Il est néanmolns un eleve brillant et travailleur que ses maîtres motivent en lui

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
rappelant que c’est à une bourse qu’il doit son admission à St Cyprien. Signe de son excellence scolaire, Blair obtient une bourse au collège d’Eton, la plus réputée des public schools, où il étudie de 1917 à 1921. ? cette époque, il a deux ambitions : devenir un écrivain célèbre (il écrit des nouvelles et des poèmes – médiocres – dans une revue du college), et retourner en Orient, qu’il connaît surtout par l’intermédiaire des souvenlrs de sa mère. Eric Blair endosse l’uniforme et retourne aux Indes en 1 922 pour evenir sergent dans la police impériale en Birmanie. La situation sur place est à ce moment souvent tendue entre les Birmans et leurs colonisateurs : le nationalisme birman prend alors son essor, marqué par plusieurs mouvements de grève, en général violemment réprimés.

La mission des Britanniques est, selon le mot d’un ancien gouverneur adj 15 violemment réprimés. La mission des Britanniques est, selon le mot d’un ancien gouverneur adjoint de Birmanie, de « faire régner la loi et l’ordre dans des régions barbares » Après avoir effectué ses neuf mois réglementaires à l’école ‘entraînement de la police, il connaît six lieux d’affectation différents, en général peu reluisants . à la fin de l’année 1927, il rentre en Angleterre et donne sa démission. Il annonce alors à sa famille qu’il a décidé de se consacrer à l’écriture.

Tout au long des vingt-deux ans qu’il lui reste à vivre, il reste un ennemi déclaré de l’impérlalisme britannique. Eric Blair semble ne pas avoir eu de dons particuliers pour l’écriture, si l’on en croit le témoignage de ceux qu’il fréquente à l’époque : il travaille donc d’arrache-pied, écrit poèmes sur ouvelles et multiplie les ébauches de romans. En parallèle, à l’automne 1927, il explore les bas-fonds londoniens, enquêtant sur les conditions de vie des plus démunis, les suit sur les routes et dans les sinistres asiles de nuit : il espère en tirer la matière d’un ouvrage sur les conditions de vie des pauvres.

Au printemps 1928, il décide d’aller s’installer à Paris pour écrire, il y reste dix-huit mais. Durant cette période, il publie épisodiquement des articles dans des journaux communistes. Il retourne en Angleterre en décembre 1929 Il reprend son exploration des bas-fonds de la société anglaise u printemps suivant, partageant la vie des vagabonds et des clochards, tantôt quelques jours, tantôt une semaine ou deux. Mais partageant la vie des vagabonds et des clochards, tantôt quelques jours, tantôt une semaine ou deux.

Mais il est contraint de mettre un terme à ses expéditions quelques mois plus tard : il n’a plus les moyens financiers de poursuivre ses vagabondages. Il se décide à accepter un poste d’enseignant dans une école privée, dans une petite ville (Hayes, dans le Middlesex). Il en profite pour achever Dans la Dèche à Paris et à Londres, qu parait au début de l’année 1933. C’est à cette occasion qu’il prend le pseudonyme de George Onuell. Même si les critiques sont bonnes, les ventes sont médiocres.

En 1935, Orwell contracte une nouvelle pneumonie, qui l’oblige à abandonner sa charge d’enseignant À la fin de l’automne 1934, Orwell termine dans la douleur la rédaction de son deuxième roman, Une fille de pasteur, dont il se montre peu satisfait Entre temps, Orwell s’est installé à Londres, où il trouve un emploi à la librairie « Booklover’s Corner », dans le quartier d’Hampstead Il rencontre Eileen O’Shaugnessy, qu’il épouse en juin 1936.

Orwell, à son retour à Londres, est atterré par la manière dont les intellectuels de gauche (en particulier ceux qui appartiennent au Parti communiste ou en sont proches) rendent compte de ce qui se passe en Espagne, et notamment par les calomnies répandues sur le compte du POUM(Parti ouvrier d’unification marxiste), systématiquement accusé d’être soit une organisation fasciste, soit une organisation manipulée par les fascistes : c’est dans l’optique de rétablir la vérité qu 5 organisation manipulée par les fascistes : c’est dans l’optique de rétablir la vérité quant aux évènements dont il a été témoin u’il entreprend alors de rédiger son Hommage à la Catalogne qu’il fait paraitre, avec quelques difficultés, en avril 1938.

Dans cette perspective, il se décide à adhérer à l’ILP(Parti travailliste indépendant) au mois de juin 1938, estimant que « le seul régime qui, à long terme, peut accorder la liberté de parole est un régime socialiste Alors que la menace d’un nouveau conflit européen se fait de plus en plus précise, Owell défend une position antiguerre et critique l’antifascisme des fronts populaires : cette guerre ne semralt, selon lui, qu’à renforcer les impérlalismes européens, qui nt beau jeu de se présenter, face à la menace fasciste, comme des démocraties, alors qu’ils exploitent sans vergogne « six cents millions d’êtres humains privés de tous droits b. Quelques mois plus tard, pourtant, il change radicalement de position sur le sujet : alors que le Parti communiste (qui appelait auparavant à la lutte contre les dictatures fascistes) se découvre pacifiste à la suite du Pacte germano-soviétique, Orwell découvre que, dans le fond, il a toujours été un patriote. De ce fait, il s’éloigne « sur la pointe des pieds » de l’ILP, qui persiste dans le acifisme, et s’oppose à l’engagement dans le conflit. Contrariant le désir qu’il avait de s’engager dans l’armée, sa faible santé le fait réformer.

Malgré celle-ci, il s’engage en 1940 dans la Home Guard (milice de volon PAGF s 5 réformer. Malgré celle-ci, il s’engage en 1940 dans la Home Guard (milice de volontaires organisée par l’État et créée dans le but de résister à l’invasion nazie dans le cas où les Allemands parviendraient à débarquer en Grande-Bretagne). par ailleurs, en 1941, il est engagé comme producteur à la BBC, diffusant émissions culturelles et commentaires de guerre à destination des Indes. Parallèlement à ces activités, Orwell envoie entre 1941 et 1946 seize articles Les Lettres de Londres D) à la revue américaine d’inspiration trotskiste Partisan Review.

En effet, le patriotisme dont il fait preuve depuis le début de la guerre ne lui a pas pour autant falt abandonner ses aspirations révolutionnaires. Bien au contraire, il estime que la victoire de la Grande-Bretagne sur les dictatures fascistes passera nécessairement par la révolution sociale en Angleterre, révolution dont il voit les signes avant-coureurs dans le mécontentement croissant des classes populaires face aux privations dues à l’état de guerre (qui ne rappent pas les couches supérieures de la société) et aux revers militaires de l’armée anglaise, revers causés selon lui par l’incurie des dirigeants militaires et politiques.

De ce point de vue, la Home Guard lui apparait comme étant ce peuple en armes qui renversera, au besoin par la force, le pouvoir en place avant de défaire les armées hitlériennes (il développe ces points de vue dans son essai intitulé Le Lion et la Licorne, qui parait en 1941 dans la collection « Searchlight », dont il est le cofondat 6 5 Lion et la Licorne, qui parait en 1941 dans la collection « Searchlight dont il est le cofondateur). En novembre 1943, Orwell démissionne de son poste à la BBC. Il devient alors directeur des pages littéraires de l’hebdomadaire de la gauche travailliste The Tribune et entame la rédaction de La Ferme des animaux. Orwell achève l’écriture de La Ferme des animaux en février 1944.

L’ouvrage ne paraît pourtant qu’un an plus tard, en août 1945. Entre-temps, le livre est refusé par quatre éditeurs : la mise en cause radicale de l’URSS semble prématurée, à un moment où la guerre contre l’Allemagne hitlérienne n’est pas terminée. En 1945 toujours, ON,’ell, qui a démissionné de son poste au Tribune, devient envoyé spécial de The Observer en France et en Allemagne, où il est chargé de commenter la vie politique. Il est ? Cologne, en mars, lorsqu’il apprend que sa femme, atteinte d’un cancer, vient de mourir. Il rentre à Londres et entame la rédaction de ce qui va devenir son œuvre la plus célèbre : 1984.

En parallèle, à partir d’août 1945, il devient vice-président du « Freedom Defense Committee » (présidé par le poète anarchiste Herbert Read), qui s’est fixé pour tâche de « défendre les libertés fondamentales des individus et des organisations, et de venir en ide à ceux qui sont persécutés pour avoir exercé leurs droits à la liberté de s’exprimer, d’écrire et d’agir Orwell soutient le comité jusqu’à sa dissolution en 1949. En cette même année 1949, il publie 1984, qu’il a achevé à la fin de l’année précédente. Il 7 5 1949. En cette même année 1949, il publie 1984, qu’il a achevé à la fin de l’année précédente.

Il épouse en secondes noces Sonia Brownell le 13 octobre, alors que, gravement malade de la tuberculose, il a été admis le mois précédent à l’University College Hospital de Londres, où il prend des notes en vue d’un futur roman. Il meurt le 21 janvier 1950. 2)Résumé Nous sommes a Londres, Winston Smith rentre chez lui a l’heure du dejeuné . lJn peu partout dans Londres de grandes affiches représentants un homme, à moustache noire ornent les murs, affiche munie d’une légende qui dit:« Big Brother vous regarde A l’intérieur de son appartement, une voix sors d’une plaque de métal incrustée dans le mur cette plaque est autrement appelée «un télécran ». Ce télécran consiste a espionner chaque personne. Il percoit chaque son et mouvement émis dans l’appartement afin de le transmettre a la «police de la pensée».

De la fenetre n peut apercevoir le «ministère de la Vérité avec sur la façade, les trois slogans du parti : « La guerre c’est la paix « La liberté c’est l’esclavage L’ignorance c’est la force Ce ministère autrement appelé « miniver » s’occupe des divertissements, de l’information, de l’éducation et des beaux-arts, trois autres Ministères sont répartis dans Londres. Le ministère de la Paix (minipax) qui s’occupe de la guerre, le ministère de FAmour (mini amour) qui veille au respect de la loi et de l’ordre et le ministère de l’Abondance (miniplein) chargé des affaires économques. Dans son appartement, W 5 t le ministère de l’Abondance (miniplein) chargé des affaires économiques. Dans son appartement, Winston a un endroit qui lui permet d’echapper au télécran. Ce qui lui permet de commencer à rédiger son journal sur un livre ancien acheté dans une boutique du marché libre.

Winston rencontre Julia,membre de la ligue anti-sexe qu’il prend pour une espionne et O’Brien un membre élevé du parti qu’il soupçonne d’appartenir à la Fraternité. Winston Smith est dérangé dans l’écriture de son journal par Madame Parsons, la femme d’un voisin de palier. Son mari, Tom est un collègue de Winston au Ministère de la Vérité,homme res dévoué au parti Lorsqu’il regagne son appartement, Winston apprend par le télécran que l’Océania(son pays), vient de remporter une victoire contre l’Eurasia. ll écrit alors dans son journal:« le crime de penser n’entraîne pas la mort. Le crime de penser est la mort » il sait que cette phrase lui coutera un jour la mort.

Il range son journal en posant quelque chose dessus afin de voir si il serai déplacé. Le télécran se met a sonner en indiquant 7h15 (heure a la quelle winston et ses collèges se lèvent). Une femme apparait sur le télécran en lui obligant a faire de la gymnastique, elle le coach lors. pendant qu’il fait ses exercices,il se remémore son enfance quand la guerre avait commencé mais ne cétait jamais arrêtée. l’histoire était tout le temps changée par le parti,un mensonge historique devenait alors vérité Le travail de Winston au ministère était de corriger d’anciens articles de journaux (Time PAGF 15 alors vérité articles de journaux (Times) rabaissants le parti.

Modifiés ils sont alors réimprimés et archivés. l_Jn numéro du Times peut être réécrit de normbreuses fois avant de convenir au parti. Winston invente des personnages, tel que ici Ogilvy, mort victorieusement u front apres avoir consacrer sa vie au parti. Les anciens journaux sont alors détruits. Winston retrouve son ami Syme. Winston pousse son collègue à parler du novlangue qui a pour but de réduire les limites de la pensée . Syme croit que le novlangue supplantera la langue d’aujourdhui. Winston sait que Syme sera un jour éliminé car il en sait trop. Parsons vient alors demander leur cotisation à l’occasion de la Semaine de la Haine.

Le télécran emet alors une annonce du Ministère de l’Abondance qui dit que la production a augmenté de vingt pour cent en un an alors que la misere regne en ville . Winston est persuadé que Julia l’espionne,il se méfie de tout le monde. Winston poursuit son journal, tandis qu’il repense à Catherine, sa femme dont il a du se separé car faute d’enfants. Entre membres du parti, les mariages étaient seulement autorisés lorsque le but etait de faire naitre des enfants au service du parti. Winston dit que l’espoir ne peut venir que des prolétaires(population dédaignés par le prolétaires sont plus libres que les membres du parti « les prolétaires et les animaux sont libres Il doivent juste travailler. Dapres Wilson il ne se révolteront pas de si